25 mars 2014

La droite, centriste, libérale et chrétienne, ne désarme pas

Après le Conseil des Etats (le 26 septembre 2013), le Conseil national a accepté (le 6 mars 2014) d’assouplir les règles d’exportation d’armes à l’étranger. Cette décision a été prise grâce à une majorité de droite, centriste, libérale et démocrate-chrétienne, dans le but de soutenir une industrie suisse de l’armement, qui selon eux est à la peine actuellement.

Le tableau des exportations de matériel de guerre montre clairement que cette affirmation est erronée, sauf si on a la malhonnêteté de comparer simplement les chiffres 2013 avec ceux de ces dernières années de ‘vaches grasses’.

Les ventes d’armes en Europe diminuant, le lobby helvétique de l’industrie de l’armement a cherché et obtenu un allègement des règles en vigueur. Cet assouplissement n’apporte aucun avantage pour relancer ce commerce sur notre continent. Il est évident que la baisse des contraintes accordée par les deux chambres fédérales a pour but de favoriser et développer principalement le marché asiatique. Et qui dit marché asiatique dit également marché et pays ‘musulmans’. En 2013, 9,42% des exportations d’armes suisses l’ont été vers 14 de ces pays (inclus un pays européen et un africain).





Où étaient les preux chevaliers croisés de nos chambres fédérales en cette fin 2013 et début 2014 ? Où étaient ceux qui à longueur de débats, slogans et diatribes politiques nous saoulent avec leur peur de l’islam, du musulman ? Avaient-ils retrouvé, l’espace d’un vote, la confiance en leur Dieu ou vendaient-ils leur âme aux descendants de Mahomet ?


La gauche et les milieux de défense des droits de l’homme déplorent cette décision dans laquelle la morale de l’histoire est absente, tout comme la sauvegarde de la protection des droits humains.

Il y a juste une décision au nom du pèze, du fric et plein de bénéfices.

Urbain


 
Fifty-fity, le vote a été départagé par le président du CN.


La droite valaisanne de droite représentée par MM. Buttet, Germanier et Freysinger, leurs places dans l'hémicycle et leurs votes sur cette question.

1 commentaire:

  1. La position de M. Buttet peut éventuellement se comprendre. Il sait ce que c'est que d'être à la recherche de munitions. Il en a lui-même besoin actuellement pour faire face au conseil général de sa commune.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.