11 novembre 2013

L’art de l’indignation permanente

Avez-vous regardé l’émission infrarouge du 6 novembre ? Si ce n’est pas le cas, rassurez-vous, vous n’avez pas loupé grand chose : un débat intitulé « Identité Suisse : Mythe ou Réalité » autour de nos mythes fondateurs. Un débat réunissant un acteur, un humoriste, des politiciens et des historiens. On y trouve de petites touches d’énervement, notamment de la présidente des femmes socialistes qui déplore que la série « Les Suisses » ne comporte que des hommes et pas de femmes, mais l’ambiance y est bon enfant et les rires sont nombreux.


Après avoir vu ce débat somme toute plutôt paisible, je tombe sur le communiqué de presse des jeunes UDC valaisans intitulé sobrement « La RTS doit présenter ses excuses au peuple Suisse ». Je lis ce communiqué, je commence par rire tant il est ridicule puis je m’inquiète de la tournure qu’il prend, au point d’écrire ce petit papier.

Au fond, on reconnaît là la patte de ce parti qui aime s’indigner dans le vide et manipuler l’information. Pour ne citer qu’un exemple, au tout début de l’émission, Laurent Flutsch, réacteur en chef adjoint de Vigousse et humoriste connu pour son sens de la provocation débute par une blague : « Guillaume Tell est un personnage assez stupide […] puisqu’il accepte de mettre en danger la vie de son propre fils tout en préparant l’assassinat du bailli, moi j’aurais commencé par tuer le bailli, d’ailleurs, c’est ce qu’il a fini par faire [rire du public, y compris du conseiller national UDC Hans Fehr]». 
Cette scène, retranscrite à travers le communiqué, devient : « La télévision d’Etat se permet de traiter Guillaume Tell de crétin. » Bref, une interprétation aussi amusante que maladroite. Pas de quoi s’alarmer.

Cependant, c’est la conclusion du communiqué qui m’interpelle. Puisqu’elle souligne que « [les jeunes UDC valaisans] ne manqueront pas de soutenir toute démarche, initiative populaire ou autre visant à remettre en cause la redevance, caution confortable à trop d’émissions délétères ». En lisant cela, c’est à mon tour de m’indigner. Si la presse ne va pas dans leur sens, il faudrait la supprimer ? Ce musellement de la presse est un des traits particulier des régimes totalitaires. Faire pression sur la presse, l’empêcher d’égratigner certains mythes au point de les sacraliser, cela nous ramène à certaines périodes que l’Europe préfèrerait oublier. Est-ce là le rôle de la presse ? Devenir un organe de propagande ? Evidemment que non. Je me demande donc si ce ne serait pas plutôt aux jeunes UDC valaisans de « présenter leurs excuses au peuple Suisse. »

Jonathan Darbellay

3 commentaires:

  1. Il n'y a effectivement pas de quoi fouetter un chat

    RépondreSupprimer
  2. Faisant parti des Jeunes UDC, je tiens à préciser qu'il s'agit d'un communiqué envoyé par un seul de nos représentants sans accord. Ce communiqué ne représentant qu'une infime partie de la jeunesse UDC, je vous accorde mes excuses les plus simple si tel contenu vous a tant touché !

    RépondreSupprimer
  3. J'accepte volontiers les excuses, me voilà donc partiellement rassuré.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.