7 octobre 2013

Louange à Saint Pierre

Le jeudi 5 octobre 2013, à l’occasion de la grande kermesse automnale valaisanne, le CERM accueillait en son sein, le prophète Pierre Brabeck-Letmathe. La venue du saint patron du business total a évidemment attiré foule de pèlerins. Pleine d’adeptes conquis à sa parole et ravie de recevoir le maître de l’agroalimentaire mondial, la salle Bonne de Bourbon a donc été doublement comblée. La Pravda locale, au vu de la double page consacrée le lendemain, semble avoir également été fascinée par les bonnes paroles transmises.

Afin de marquer leur appartenance à cette croyance commune, les disciples présents avaient respecté le dress code du véritable affairiste. Le culte s’ouvrant gentiment à la gente féminine, ces quelques dernières s’en sont également conformées.

St. Peter, président du CA de Nestlé, est un véritable gourou de la finance mondiale. Comment ne pas être aveuglé par sa fulgurante réussite personnelle et la renommée du groupe qu’il dirige ? Comment ne pas s’abreuver pieusement de ses propos ?

St. Peter prône le risque et affirme que personne ne monte dans la hiérarchie, de Nestlé, sans son lot d’échecs. Pour les loosers de la société, c’est génial et encourageant de savoir qu’ils sont recherchés et promus pour leurs manques de réussite. Prendre des risques et échouer, chez Nestlé, c’est par exemple remplacer de la viande bovine par de la viande chevaline (moins chère) et la vendre sous 100% viande de bœuf et se faire attraper au bout du compte.

St. Peter aime la Suisse et veut le meilleur pour ses habitants. Il n’aime pas Minder et le pouvoir donné aux actionnaires, soi-disant majoritairement étrangers, qui n’investiraient plus aussi massivement en nos terres. Tel le serpent devant Eve, il charme ses fidèles petits suisses qui le vénèrent et les amadoue en louant le CA de Nestlé, dixit lui-même, à majorité helvétique (5 suisses, 1 américano-suisse et 8 étrangers). Davantage de suisses devraient louer sa détermination ‘quasi patriotique’ de vouloir garder tant de pouvoir de décision en Helvétie.

L’ensemble de la populace, dont je fais partie, ne peut nier le fait que Nestlé est devenu un géant parmi les géants depuis l’arrivée de St. Peter au sommet de la pyramide. Les chiffres parlent pour lui avec un passage d’environ 225'000 employés en 1997 à son arrivée à 339'000 à ce jour, ou encore un bénéfice net passant de 4 à 10 milliards de francs. Ce qui donne pour 2012, un bénéfice de 30'000.- par employé. Avec des références comme celles-là, il est normal d’être idolâtré comme le veau d’or.

Pour moi, Nestlé n’est qu’un empire de plus sans états d’âme et Peter Brabeck-Letmathe son fer de lance mégalomane. Il faut porter des œillères pour ne voir que les emplois créés et les bénéfices générés. Pour les milliers d’emplois créés ici et là sous le label Nestlé, combien d’emplois ont été supprimés ailleurs? Combien de travailleurs laissés en bordure de route suite aux nombreux rachats et restructurations de sociétés ? Combien de petits paysans, agriculteurs ou cultivateurs obligés de délaisser leurs diverses cultures au profit de l’expansion de monocultures néfastes à l’environnement ? Combien de producteurs mis sous pression ou obligés de mettre la clé sous la porte au nom de la sainte rentabilité ou marge à deux chiffres ? Combien de bénéfice sans se soucier de la faune en danger d’extinction et de l’écosystème à la suite de déforestations, pour la production de l’huile de palme que l’on retrouve dans une quantité phénoménale de leurs produits finis ? Combien de bénéfice au détriment de population comme celle de Lahore qui ne peuvent plus s’approvisionner en eau potable sans devoir payer pour leur eau qui a été mise en bouteilles ? Combien de scandales style viande de cheval, lait contaminé à la mélamine, re-étiquetage de lait périmé et j’en passe que Nestlé nous cache pour l’égocentrisme de ces dirigeants requins et du fric tout puissant ?

Si pour la troupe du Splendid le père Noël est une ordure, pour moi, Sankt Peter est un margoulin de grande envergure. Amen

Urbain

2 commentaires:

  1. Merci pour cet article objectif ! En effet, la majorité des gens ont une admiration sans bornes pour "notre" super-multnationale.
    Aurait-on déjà oublié le scandale du lait en poudre dans les pays du tiers-monde !
    A l'époque, Nestlé, pour augmenter ses bénéfices, prônait l'abandon du lait maternel au profit du lait en poudre !!! En Afrique et Amérique du Sud, là ou les populations sont le plus déshérités.... ben voyons, que de l'altruisme !!!
    Dans d'autres pays, Nestlé à privatisé des sources d'eau potable, pénalisant ainsi une population qui n'a d'autre choix que d'acheter au prix imposé par "notre" chère multinationale les bouteilles remplies de l'eau jadis à disposition de tous ! C'est beau l'économie mondiale....

    RépondreSupprimer
  2. ptit gars du peupledimanche, 13 octobre, 2013

    Très bien vu. Je suis aussi d'avis que la très grande majorité des emplois créés sont le fruits des emplois découlant de rachats de sociétés. Ce serait nouveau que des synergies, des fusions, du management poussé, de l'optimisation, de la mécanisation et j'en passe soit à l'origine d'une seule place de travail. Il faut arrêter de croire que ce n'est que grâce à ces maîtres du business que le monde tourne. Le travailleur est le dernier de leurs soucis. Optimisation à tout prix, Bénéfice, Salaire, Bonus, voilà leurs uniques pensées.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.