10 mai 2012

Marchand de tapis

Une annonce publicitaire imitant les codes du journalisme a paru aujourd'hui dans le Nouvelliste. Titre, sous-titre, nom du lieu, initiales du correspondant, chapeau, rédaction, rien n'y manque. Le Nouvelliste ne laisse cependant pas planer le doute puisque l'annonce est clairement désignée comme publicité.
La lecture de de l'annonce ne manque cependant pas de questionner, il y est question d'un droit qui permet cet appel pressant au citoyen (!) lui donnant l'opportunité de profiter d'une vente en liquidation qui n'a lieu que pendant deux jours suite à une faillite.

L'annonce précise que le stock doit être liquidé à bref délai. C'est donc forcément une aubaine et une urgence.

Le seul hic, c'est que la même annonce a été publiée dans le Nouvelliste du 17 octobre 2005, seul le jour du rendez-vous, l'adresse du lieu de vente et les initiales du rédacteur changent. Ceci tempère un peu l'aubaine due à l'urgence de la liquidation et au délai strict et bref utilisé comme argument publicitaire.


On remarquera aussi, et c'est plus inquiétant, que le nom de la société liquidatrice a été légèrement modifié. AMSF AG en 2005, ASMF AG en 2012. Les deux sociétés sont inconnues au registre suisse du commerce où est signalée néanmoins une Alektra Mercantile, Shipping and Financing AG à Zug.

Si par contre les blasons de cette annonce vous impressionnent, nous vous en signalons volontiers la source:

Il s'agit du blason de Bedford une municipalité du Royaume Uni qui a été copié tel quel. Juste pour impressionner le chaland. Ici l'arnaque est évidente!

Donc prudence et prenez connaissance d'une mise en garde contre cette société et ce type de vente qui avait paru en 2007 contre AMSF déguisée aujourd'hui en ASMF! Après analyse des prix surfaits les experts concluent: Nach Sichtung der angebotenen Teppiche kommt Igot-Experte Rolf Straub zum Schluss, dass es sich zu einem grossen Teil um neue Importware handelt, die unmöglich aus der Konkursmasse der Eastern Kayam OCM stammen könne. "

soit

 "Après avoir examiné les tapis proposé d'expet de l'IGOT, Rolf Straub est arrivé à la conclusion que, pour une grande partie, il s'agit de marchandises d'importation récente, qui ne peuvent pas appartenir à la masse en faillite de l'Eastern Kayam OCM."

Et l'article de conclure:

Der Teppichverkäufer bestreitet solche Vorwürfe. Es habe alles seine Richtigkeit. Das sei von der örtlichen Gewerbepolizei kontrolliert worden. Roman Müller, Chef der Gewerbepolizei Winterthur, weiss davon allerdings nichts: «Wir haben bloss überprüft, ob die AMSF im Besitz eines Patents für ein befristetes Wanderlager ist.» Nicht kontrolliert hat die Polizei, ob die angebotene Ware wirklich aus der Konkursmasse stammt und ob die Rabattversprechen korrekt sind. «Falschangaben sind schwierig nachzuweisen. Dafür fehlen uns die Ressourcen und das Fachwissen», erklärt Müller.

Saldo, 21 novembre 2007 p.8

Dans le Tages Anzeiger du 26 mars 2010, la critique allait encore plus loin et affirmait que l'annonce est une tromperie parce que la liquidation est inventée et qu'elle n'est pas consécutive à une faillite.

Les plus grands journaux, l'Argaauer Zeitung, le Basler Zeitung, Der Landbot, Saldo et l'émission Kassensturz ont enquêté sur les actions de cette entreprise, qui ressurgit aujourd'hui sous un nom légèrement modifié, tentative de camouflage?

 Que fait la police?

Avant la participation à ce genre d'opération, nous vous conseillons, sans vouloir attenter à la liberté de commerce, de lire attentivement les recommandations de l'Association Suisse du Tapis d'Orient, qui a émis des critères et des conseils pour sécuriser ce marché très spécifique et de vous renseigner dans les organisations de consommateurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.