.

.

Blog sur la vie sociale et politique d'Entremont et d'ailleurs

dimanche 4 mars 2012

Les dérapages de la campagne dénoncés jusque dans le Nouvelliste

Vous avez toujours voulu protéger votre femme en la gardant au chalet
Vous avez toujours protégé votre pouvoir en défendant le système majoritaire
Vous savez reconnaître l'ennemi et ne craignez pas de le désigner
Alors vous savez ce qui vous reste à faire
Et grâce à vous le communisme ne passera pas en Valais


Inspiré par ces mots exceptionnels d'Olivier Hugon dans le Nouvelliste du 1er mars en page 40 qui ne craint pas de critiquer les dérapages d'une publicité parue samedi dans le journal qui l'emploie,

"Un gros moustachu qui ressemble un poil au père Staline, avec un marteau et une faucille qui te déglingue un joli chalet. Et la question «Vous voulez ça?». Si on veut quoi? Empêcher les communistes de venir nous péter les raccards? Les touristes russes apprécieront... Franchement, quand tu dis des trucs pareils, c’est que t’es un chouïa en bout de course niveau arguments potables. Remarque, ça prenait dans les années 30, pas de raison que ça prenne pas huitante ans plus tard... ou pas. Pour la prochaine affiche, je propose un type avec un grand nez et des doigts crochus qui vient nous piquer notre or. Ou on l’a déjà faite celle-là? Chais plus."

9 commentaires:

  1. éternelle ritournelle peur, peur, peur

    RépondreSupprimer
  2. Euh, c'est Hugon, avec un "H", mais merci quand même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est corrigé, le typographe a été envoyé au goulag :-)

      Supprimer
  3. Bravo M. Hugon pour votre excellent billet d'humeur ou d'humour.
    Nous devons reconnaître que nous avions tort, il s'avère qu'il est possible d'être un chouia critique au NF sur le sujez qui nous concerne.

    RépondreSupprimer
  4. Excellent reportage dans Le Temps sur cette publicité. Un papier de Marie Parvex à lire aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  5. Lu le 9 mars dans le Nouvelliste:
    Mathias Reynard (PS)

    «Je suis assez inquiet. Nous avons fait un petit calcul: à mon avis, on n'arrive pas à 10 cantons qui diront non. Je suis assez critique par rapport à la campagne. Il y a eu une chasse aux sorcières contre les partisans de l'initiative, ce qui n'est pas admissible. La méthode utilisée par les opposants, avec un Staline qui casse des chalets, est déplacée. La publicité sur les maillots du FC Sion est également déplacée. Des personnes qui étaient prêtes à dire non ont changé d'avis. Le fait que l'initiative provoque du chômage, qu'elle est une atteinte à l'autonomie communale sont des arguments qui portent. Il n'aurait pas fallu déraper. Je reste opposé à cette initiative parce qu'elle est excessive, mais je pense qu'on ne peut plus laisser aller les choses comme ça. On doit reprendre notre destin en main.»

    RépondreSupprimer
  6. Je suis complètement scandalisé que Casal, qui fait partie de la rédaction du Nouvelliste, vendent ses talents à une publicité qui paraît dans le même journal. C'est indigne d'un journaliste et mériterait qu'on lui retire sa carte de presse.
    Attention qu'on me comprenne, ce n'est pas le contenu de la publicité qui me gêne, c'est le fait qu'un membre de la rédaction puisse vendre ses services à une publicité, c'est contre la déontologie professionnelle. Pas joli.

    RépondreSupprimer
  7. Dans le Temps d 13 mars 2012: "la fameuse affiche où l'on voit un moustachu attaquer un chalet armé du marteau et de la faucille: Caricatural, cela nous a permis de montrer que les adversaires de l'initiative avaient une génération de retard" s'amuse le président des Verts, Ueli Leuenberger.

    RépondreSupprimer
  8. C'est au moment précis où les opposants ont gagné ce point de Godwin qu'ils ont perdu la campagne. Bravo au sieur Hugon de l'avoir signalé.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires sont modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci d'être courtois.