7 février 2012

La commune d'Orsières et les résidences secondaires.

1.
Dans le Nouvelliste du 2 février 2012, nous pouvons lire que les deux régions du Valais romand s’opposent à l’initiative ''Weber'':

Ces régions rappellent que de nombreuses communes, dont celle d’Orsières, ont déjà pris des mesures "de façon plus ciblée et réfléchie que la mise en place du contingentement rigide prévu par les initiants."

Quelles sont donc les mesures ciblées qu'a prises la commune d’Orsières?
L'élaboration d'un règlement spécifique, qui a été débattu en assemblée primaire.  L'ayant trouvé trop frileux et pas assez restrictif, j'avais posé quelques questions:

"Je suppose que le chiffre de 2000m2 de SBPU (surface brute de plancher utile) n’a pas été un chiffre mis là par hasard comme limite, alors sur quel base a-t-il été fixé ?"

Le secrétaire communal (qui est également député) a répondu:
"Le chiffre de 2000m2 n’a effectivement pas été fixé au hasard mais correspond à une moyenne des constructions entrant dans le cadre du règlement ces 5 dernières années (NDLR: ces 5 années sont des années records) sur le territoire communal, à laquelle le bureau a ajouté une marge pour tenir compte de conditions conjoncturelles spéciales."

A ma question :
"Que fera-t-on dans 20 à 30 ans quand les zones à disposition seront bâties ?"

Le président a répondu:
"On ouvrira une nouvelle zone!"

Je ne partage pas cette vision et l'aveuglement de cette fuite en avant. Je travaille pourtant moi-même comme indépendant dans la construction.

A ceux qui me demandent:
"Mais comment faire vivre nos vallées sans ces constructions de résidences secondaires (voir la définition dans la note ci-dessous)?

Je réponds :
"Si la (sur)vie de nos vallées passe par le bétonnage sans limite de nos magnifiques paysages, nous sommes de parfaits incapables et ne venons pas pleurer si le plateau (pas de fromage) nous imposent un freinage d’urgence."


2.
Note: Qu'entend-ton par résidences secondaires ?
Dans ce Règlement relatif aux résidences secondaires adopté en 2010 par les citoyens de la commune d’Orsières, on peut lire à l’alinéa b de l’article 3 cette définition

"Tous les logements qui ne comptent pas parmi les résidences principales sont considérés comme résidences secondaires à l’exception des hôtels, des complexes hôteliers et des lits marchands qui répondent aux exigences de la législation relative à l’acquisition d’immeubles par des personnes à l’étranger."

Personnellement, je pense qu’il est donc malhonnête de faire croire aux citoyens que cette définition ne sera pas semblable dans la future loi en cas d’acceptation de l’initiative ''Weber''.

Urbain Gaillard

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.