4 avril 2011

Fondation pour le développement et la promotion du patois franco-provençal

(IVS).- La signature de l’Acte constitutif de la Fondation pour le développement et la promotion du patois a eu lieu ce jour à Sion. Créée par l’Etat du Valais et la Fédération cantonale valaisanne des amis du patois, elle fait suite et prolonge les activités du Conseil du patois institué en 2008 par le Conseil d’Etat, afin de développer un concept et un plan d’action pour valoriser le patrimoine que constitue le franco-provençal en Valais. L’acte constitutif a été signé par le conseiller d’Etat Jean-Michel Cina, le chancelier d’Etat Philipp Spoerri, la présidente de la Fédération des amis du patois Gisèle Pannatier et son secrétaire, Gilbert Bellon.

Un Conseil du patois pour valoriser le patois franco-provençal en Valais

En 2008, une commission mandatée par le chef du Département de l’éducation, de la culture et du sport, déposait un rapport intitulé «Le patois mort ou vif?». Le dossier faisait le point sur la situation du franco-provençal en Valais et proposait des pistes pour sa valorisation. Suivant les conclusions des auteurs de ce document, le Conseil d’Etat instituait alors un Conseil du patois pour mettre en œuvre le plan d’action proposé. C’est ainsi qu’au cours des trois années de son existence, le Conseil du patois a, grâce notamment à un soutien de la Loterie romande, publié plusieurs CDs proposant des chants originaux en patois commandés à des artistes tels que Carine Tripet, Paul Mc Bonvin ou Sylvie Bourban, édité des textes en franco-provençal et encouragé le développement de cours de patois dans les universités populaires du Canton.

La création d’une Fondation pour une action conjointe et pérenne

Sur proposition du Conseil du patois, la Fédération cantonale valaisanne des amis du patois, structure faîtière des patoisants valaisans, et le Conseil d’Etat se sont dotés d’une institution permettant de mener une action conjointe dans la durée. Dans ce but, ils ont retenu la structure d’une Fondation, autonome, pour assurer la pérennité et l’indépendance des actions futures. L’acte constitutif de la Fondation pour le développement et la promotion du patois a ainsi été signé ce lundi 4 avril par le Président du Gouvernement, le Conseiller d’Etat Jean-Michel Cina, le Chancelier d’Etat Philipp Spoerri, la présidente de la Fédération des amis du patois, Gisèle Pannatier et de son secrétaire, Gilbert Bellon. Lors de la séance constitutive qui a suivi, le Conseil de la Fondation a élu l’ancien conseiller d’Etat Bernard Bornet à sa présidence.

Les buts de la «Fondation pour le développement et la promotion du patois »

La Fondation a notamment pour missions de contribuer à la connaissance, au maintien et à la pratique du franco-provençal ainsi qu’à son rayonnement en Valais et hors des frontières cantonales. Elle entend également soutenir le maintien et le développement de la langue et de la culture franco-provençales, en favorisant l’apprentissage et la pratique de la langue, et oeuvrer à la constitution et à l’enrichissement de la documentation concernant le patois franco-provençal. La Fondation reprend ainsi à son compte les activités déployées jusqu’ici par le Conseil du patois.

Une Fondation composée de personnalités valaisannes concernées

En plus de Bernard Bornet, son président, le Conseil de fondation est constitué des personnalités suivantes: Paul-Henri Moix, vice-président, secrétaire général du Département des finances, des institutions et de la santé de l’Etat du Valais (DFIS), Gilbert Bellon, vice-président de la Fédération des amis du patois, Marius Dumoulin, directeur des écoles de la Commune de Savièse, Raphaël Maître, collaborateur scientifique au Centre de dialectologie et d’étude du français régional et rédacteur au Glossaire des patois de Suisse romande à Neuchâtel, Gisèle Pannatier, présidente de la Fédération des amis du patois ainsi que Romaine Valterio Barras, directrice de la Médiathèque Valais - Martigny et de l’e-Médiathèque Valais.


Une vidéo trouvée sur youtube et titrée en patois:

Dês Martigny tant que Champex en tren, por troval la pex: e Valês ( Valais ) l'est una franc bèla région que parle l'arpitan (ou patois francoprovençal).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.