7 octobre 2010

Le chasseur Stéphane Rossini témoigne contre le loup

«En deux semaines de chasse, dans la région de Valsorey, on n’a pas vu de chamois et le dernier jour on a vu le loup. Je peux vous dire qu’il a eu chaud», se retient Stéphane Rossini pour illustrer, déjà, l’embarrassante présence du canidé sur les sommets.

Gros dossier sur l'action conjointe de tous les parlementaires valaisans à Berne dans le Temps d'aujourd'hui.

3 commentaires:

  1. en vert du décorjeudi, 07 octobre, 2010

    C'est assez rigolo la surenchère entre nos conseillers, vu que Rossini est anti-loup, Darbellay est obligé d'en rajouter et raconte volontiers d'un air entendu qu'ils ne sont pas venus tout seuls...
    On devrait prendre les conspirationnistes au mot et leur faire voter une loi qui interdit l'importation de loups!

    RépondreSupprimer
  2. un lecteur attentifsamedi, 09 octobre, 2010

    C'est peut-être pas si mal que la lutte contre le loup ne vienne pas que de la droite, ça dépolitise un peu les débats. Ou en tout cas c'est une manière de dire aux autres: "Vous n'avez pas le monopole des chamois et moutons!"
    Mais alors, les metteurs en scène du débat politicien pourrait nous trouver en échange un bourgeois qui fasse l'inverse.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis très déçu par Stéphane et Christophe sur ce point-là. C'est céder à la facilité. Et c'est petit.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.