13 mars 2016

Thèses numéros neuf et dix

Les deux dernières thèses sur l’école concernent l’enseignement des langues et la subsidiarité des décisions dans le domaine scolaire. Ce sont des thèses un peu chewing gum dans lesquelles on lit qu’il est important d’enseigner les langues et que priorité doit être donnée aux langues parlées dans le canton. C’est un fait établi depuis longtemps. Quant à la subsidiarité, il est simplement dit que les décisions doivent être prises au plus près de la réalité du terrain - sans précision particulière sur la nature de ces décisions - et que la paperasse doit être limitée au strict minimum, sans autre luxe de détails.

Au terme de ce parcours fléché, il apparaît que les 10 thèses sur l’école ne révèlent ni vision très précise ni idée originale et encore moins d’ambition forte pour les élèves d’aujourd’hui et de demain. Les silences et les omissions qu’on y décèle (tiens, pas un mot sur les parents par exemple) sont presque plus révélateurs que les propos souvent lénifiants qu’elles contiennent. On y trouve parfois tout et son contraire, comme dans la thèse 10 où après avoir affirmé que « le fonctionnement et la structuration de l’administration scolaire jouent un rôle déterminant » on découvre que « le champ d’action pédagogique est dans les salles de classe et non dans les bureaux de l’administration », Qui en aurait douté ? Bref, difficile, sur cette base, de se faire une idée claire des conséquences concrètes qui ne manqueront pas d’en découler.

Les enquêtes PISA placent régulièrement le Valais dans le peloton de tête des classements internationaux en termes de résultats et il y a fort à parier que ce sera encore le cas demain. Ce succès tient à des facteurs qui échappent largement à la seule influence d’un Conseiller d’Etat ou d’une équipe administrative : des écarts socio-culturels moins grands que dans d’autres régions du pays, une culture commune plus homogène de la population et partant des familles, un corps enseignant sérieux et majoritairement bienveillant, un temps plus important consacré aux apprentissages et d’autres ingrédients encore se sont construits dans la durée et permettent de résister aux frimas de toutes sortes.

Et ça au moins, c’est plutôt rassurant.

Cilette Cretton

1 commentaire:

  1. Un grand merci pour la synthèse très détaillée de ce texte, élaboré (ou repris...) par OF. Votre analyse permet à un non initié de s'y retrouver.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.