5 septembre 2012

C’EST PAS MOI !

Au risque de gâcher le plaisir de tous ceux qui propagent des rumeurs à mon sujet, je ne suis pas l'auteur du blog « Pelure ». Ni moi, ni ma mère, ni mon père. Et j’ignore totalement de qui il s’agit. Je l'ai déjà précisé à toutes les personnes qui ont pris la peine de me poser la question.

Il suffit que je m’absente quelque temps d’internet pour qu’on me prenne pour une pelure ! Avant les 3 derniers jours qui ont précédé la fermeture de ce blog, je n’ai pas suivi le feuilleton qui a suscité tant de fantasmes. Je peux donc difficilement me prononcer sur son contenu. Deux éléments ont cependant retenu mon attention :

L’anonymat me dérange profondément. Il permet de se cacher derrière un pseudonyme pour dire des choses qu’on n’oserait pas dire ouvertement. C’est lâche, car ça ne permet pas aux personnes attaquées de se défendre. Seules des conditions exceptionnelles pourraient légitimer une telle démarche : un grave danger qui menacerait des opprimés, par exemple. Ce n’est de loin pas mon cas. J’ai toujours signé mes prises de positions surtout lorsqu’elles étaient critiques à l’égard de personnes ou d’instances politiques.

Dans un récent sondage sur son blog, « Pelure » parlait de « la Delaloye ». Cette expression ne vise généralement pas à mettre en valeur la personne concernée. Je ne l’aurais certainement pas écrit ainsi, je trouve cette formule méprisante. On peut en déduire pour le moins que l’auteur de ce propos n’est pas un fervent défenseur de la cause féminine.

Un certain manque de courage et un relatif mépris de la femme sont hélas des caractéristiques assez largement répandues dans notre canton.

Bonne chance à tous ceux qui cherchent à découvrir l’identité de « Pelure » !

Antoine Cretton

1 commentaire:

  1. Vachement gonflé le commissaire Gabbud dans ses déclarations. Normal me dira-t-on, c'est un amateur de la race d'Hérens.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.