25 mai 2011

Aide financière pour sauver Chandonne

ADLISWIL, le 23 mai 2011 – La cinquantaine de membres de l’association « Chandonne – Notre Village » transforme l’ancienne école en maison villageoise, avec gîte rural, salle d’exposition et de conférence. Après les années noires de l’exode rural, une première association, le Consortage du four banal de Chandonne a pris l’initiative de rénover le four dans les années 1980. Puis, une nouvelle association a décidé d’acheter et de transformer l’école désaffectée de Chandonne, dans l’optique de stimuler et alimenter la vie sociale, touristique et économique du village. Convaincue par la pertinence et l’avenir de ce projet d’envergure, auquel les quelque 120 habitants du lieu participent tous, l’Aide Suisse aux Montagnards décide d’accorder à « Chandonne – Notre Village » une aide totale de CHF 142'500. Cet apport est nécessaire pour financer l’ensemble du projet, dont le coût s’élève à CHF 554'000 et qui comprend deux phases distinctes. Si l’ensemble sera achevé à l’horizon 2013, l’association « Chandonne – Notre Village » marquera la fin de la première phase du projet avec sa traditionnelle fête villageoise le weekend du 3 au 4 septembre 2011. Le projet est actuellement sur les rails et les travaux vont bon train.


Situé à une altitude de 1450 mètres, Chandonne figure parmi les plus hauts villages du Valais. Proche des monts du Vélan et du Grand Combin, la région offre de multiples activités montagnardes, du ski à la randonnée et à la raquette, en passant par l’observation de la faune, comme le cerf ou l’aigle. Chandonne et ses alentours sont ainsi très prisés des citadins, puisque 10% de ses habitants sont des résidents secondaires, venant par exemple de Lausanne, Neuchâtel ou Genève. Ils apprécient particulièrement l’hospitalité locale et la tranquillité des lieux.

L’enjeu de la désocialisation du village, crucial pour Chandonne
Traditionnellement, Chandonne vivait de l’élevage, de la culture du seigle et des fèves, d’où le nom de piques-fèves ou « peca-faves » en patois, des villageois. Malheureusement, le village a connu un exode rural massif dans les années 1950-60, entrainant une isolation toujours plus grande des habitants restants. Ceux-ci ont décidé, dès les années 1980, d’inverser la tendance en s’associant pour faire revivre le four banal, moteur de la vie sociale et mémoire d’une tradition encore très présente de nos jours. Cette première impulsion a initié ainsi le renouveau de Chandonne. Vingt ans après, certains membres du Consortage du four banal se sont regroupés dans l'Association « Chandonne – Notre Village », dans le but de promouvoir le développement durable du village par l’animation d’activités sociales, économiques, culturelles, sportives et environnementales.

Un projet d’envergure en deux étapes
Le projet consiste principalement en la transformation de l'ancienne école de Chandonne en maison villageoise, ceci, en deux phases car l’investissement en moyens financiers et humains est considérable pour les 52 membres de l’association. La première étape, comprenant l'acquisition du bâtiment et l'aménagement au premier étage d'une salle villageoise d'environ 100 places, a commencé en avril 2008 et s’achèvera en septembre 2011. Elle permettra d’accueillir des rencontres, des conférences, des concerts ou des expositions notamment sur la nature et le développement durable, ainsi que sur les photographies et documents sur le Chandonne d’autrefois. La deuxième étape portera sur l’aménagement au rez-de-chaussée d’un gîte touristique (comprenant deux dortoirs de 10 places chacun, une chambre familiale de 3 places et un réfectoire avec cuisine). A cela, s’ajouteront au sous-sol une cave à fromage, un local à skis et des sanitaires complets avec accès pour personnes handicapées. La cave à fromage sera réhabilitée par les quatre agriculteurs du village qui en bénéficieront.

Tous solidaires de « Chandonne – Notre Village »
Le coût du projet a été devisé à CHF 554'000, soit CHF 284'000 pour la première étape et CHF 270'000 pour la deuxième étape. Grâce à la générosité de dons privés de plusieurs habitants de Chandonne, une première somme de CHF 85'000 a été réunie, à laquelle s’ajoutent les contributions financières et prestations propres, en journées de travail des membres de « Chandonne – Notre Village », pour un total d’environ CHF 140’000. En effet, le village réunit plus de 10 corps de métiers et artisans, tous motivés à aider l’association plusieurs jours par an, et ce, qu’ils soient membres ou non. Comme le souligne Charly Darbellay, ingénieur agronome et vice-président de l’association : « Nous sommes obligés d’être solidaires, ici à Chandonne, et cela s’est toujours fait naturellement. D’ailleurs notre projet facilite aussi le développement des liens intergénérationnels, avec par exemple, notre doyen de 87 ans, Florian Darbellay, qui est monté sur le toit de la future maison villageoise avec les jeunes participant à sa réfection. C’est un bel exemple de solidarité montagnarde ! »

Un coup de pouce bienvenu
Malgré ce bel enthousiasme, il manquait encore une bonne partie du financement du projet. C’est alors que Charly Darbellay propose de faire appel à l’Aide Suisse aux Montagnards. Cet ancien du Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) connaît, par son activité professionnelle, non seulement les défis auxquels les montagnards sont confrontés mais également la fondation. Il se doutait que le projet était susceptible de susciter l’intérêt de l’Aide Suisse aux Montagnards. Aujourd’hui, il affirme : « Chandonne bénéficie d’une qualité de vie qui nous permet de garder nos jeunes et d’en voir d’autres venir s’installer pour construire leur avenir ici. Grâce au travail de l’association, nous facilitons cela, tout en limitant l’exode vers la plaine, sans oublier que notre activité promeut la vie locale et le tourisme. »

L’Aide Suisse aux Montagnards a ainsi financé le projet à hauteur de CHF 50’000 pour la première étape et CHF 92'500 pour la deuxième. Comme l’indique Henri Rouge, expert bénévole de la fondation : « Nous ne pouvons que constater les effets positifs de cette action associative à Chandonne. Cette initiative crée sans conteste une valeur ajoutée qui aura des retombées économiques positives sur la région ».

Une grande fête pour célébrer cette initiative
Si tout se passe bien, la nouvelle maison villageoise de « Chandonne – Notre Village » sera achevée à l’horizon 2013, à temps pour fêter les 25 ans de la réfection du four banal, à la source de toute l’initiative. Pour patienter, les « peca-faves » célébreront leur beau village en septembre prochain, lors de leur grande fête annuelle, voyant venir du monde de toute la région. Les visiteurs pourront alors déjà découvrir le premier étage achevé de la maison villageoise, ainsi qu’une exposition et peut-être écouter un concert. Georges Darbellay, président de l’association et sa compagne, Véronique Gerbex, se réjouissent : « Avec notre nouvelle maison villageoise, Chandonne s’enrichit d’une vie culturelle et sociale de plus en plus animée et ouverte à tous, quelque soit l’âge ou l’origine. Grâce à l’Aide Suisse aux Montagnards, nous allons pouvoir œuvrer au maintien et au rayonnement de Chandonne dans des conditions idéales. »

L'Aide Suisse aux Montagnards est une fondation financée exclusivement par des dons, qui s'est fixé pour objectif d'améliorer les bases d'existence et les conditions de vie de la population suisse de montagne. Elle œuvre pour le développement des espaces économiques et de vie, ainsi que pour la sauvegarde de la culture régionale et l'entretien des paysages, et contribue ainsi à lutter contre le dépeuplement des régions de montagne. En 2010, l’ASM a soutenu quelque 497 projets pour un montant total de plus 20 millions de francs. L'Aide Suisse aux Montagnards arbore le label de qualité ZEWO et l'excellence de son management NPO est certifiée par SQS/VMI.

1 commentaire:

  1. Anne de Chandonnemercredi, 25 mai, 2011

    C'est un super projet "tsindonin"! Venez profiter du pain et du vin lors de la fête du four banal au début septembre...

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.