6 janvier 2010

Orsières attend sa romancière.


Mon libraire annonce la parution prochaine d'un troisième roman de Catherine Lovey Un roman russe et drôle aux éditions Zoé. Un roman qui parle de cette Russie que Catherine Lovey connaît bien.
Catherine Lovey est née en 1967. Elle est originaire d'Orsières, où elle a fréquenté l'école primaire et le cycle avant Regina Pacis à St-Maurice et l'Uni de Genève, puis de Lausanne où elle s'est spécialisée en criminologie.
Elle a été une journaliste reconnue pour ses compétences en économie et finances avant de se consacrer à l'écriture de roman.
Les éditions Zoé ont publié également une autre écrivaine originaire d'Orsières, Monique Tornay.

La prestigieuse fondation Leenaards dont Catherine Lovey a été boursière et qui a soutenu son travail de romancière raconte ainsi sa vie littéraire et familiale:

Née en 1967 en Valais, Catherine Lovey passe très tôt sa vie à lire et à écrire. Mais c’est un second choix ; elle voulait un piano et à la place elle reçoit une machine à écrire, orange et noire.

En 1989, elle devient mère d’un petit garçon. Puis elle obtient une licence en relations internationales auprès de l’Institut universitaire de hautes études internationales de Genève. Elle est ensuite engagée par le quotidien 24 Heures, à la rubrique locale. À peine entrée dans la vie dite active, elle brûle tous les textes écrits jusque-là. Durant une dizaine d’années, elle travaille en tant que journaliste pour la Tribune de Genève, puis pour l’Hebdo. Ses textes portent sur l’économie et la finance, domaines qui la passionnent.

En 1997, elle devient mère d’une petite fille, puis songe à se lancer dans des études de médecine. Finalement, elle renonce, prend une année sabbatique et renoue avec l’écriture. Elle étudie également la criminologie auprès de l’Institut de police scientifique de Lausanne et y obtient un diplôme postgrade.
Continuant à écrire pour des magazines spécialisés, elle se décide à sortir de son armoire un manuscrit intitulé L’Homme interdit. Le texte, publié aux éditions Zoé (2005), rencontre beaucoup d’intérêt de la part de la critique et des lecteurs. Catherine Lovey renonce alors définitivement à l’idée d’étudier la médecine et décide de continuer à écrire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.