22 octobre 2009

Halte aux feux en plein air!

(I-VS).- La météorologie automnale et hivernale est souvent caractérisée par des situations d'inversion de température. Dites situations entraînent malheureusement une accumulation importante de particules fines et autres polluants de l’air. Les feux de déchets verts en plein air constituent l'une des sources de cette pollution, notamment dans les régions rurales. Il est important de contribuer à améliorer la qualité de l’air par quelques comportements simples : respecter l'interdiction de brûler les déchets verts provenant de jardins, de vignes, de champs ou de forêts et opter pour l'acheminement vers des centres spécialisés, le broyage ou le compostage.

Quant à la préparation des châtaignes, il vaut mieux privilégier la cuisson à l'eau plutôt que la brisolée, sauf autorisation communale.

Les feux de déchets en plein air sont très polluants
Brûler en plein air 50 kilogrammes de broussailles, sarments et autres déchets verts émet un kilogramme de poussières fines (PM10). Cela suffit à polluer 50 millions de mètres cubes d'air avec des poussières très nuisibles pour la santé, qui contiennent de grandes quantités de substances cancérigènes telles que les HAP - hydrocarbures aromatiques polycycliques. A titre de comparaison, pour produire un kilogramme de poussières fines un poids-lourd doit parcourir 5'000 kilomètres, une usine d'incinération des ordures ménagères doit brûler 30'000 kilogrammes de déchets et un chauffage doit consommer 100'000 litres de mazout.
La pollution par les particules fines a des impacts importants en termes de santé publique. En effet les valeurs limites légales pour les particules fines sont régulièrement dépassées dans notre région, aussi bien en ville que dans les zones rurales de plaine. Dans l’Union Européenne, plus de 100'000 personnes et en Suisse plus de 3'000 personnes meurent chaque année prématurément des suites de la pollution par les particules fines.

Les alternatives au feu existent
La législation est très restrictive en matière d’incinération des déchets verts en plein air. Les feux de déchets verts sont interdits. Des dérogations exceptionnelles sont possibles pour de petites quantités de ces déchets sur leur lieu de production, à condition qu’ils soient assez secs pour ne pas causer de fumée en brûlant et s'il n'existe pas de moyen d'élimination moins dommageable pour l'environnement. En Valais, les demandes de dérogations doivent être adressées par écrit à l'autorité communale, laquelle consulte le service de la protection de l'environnement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.