9 juin 2009

NON aux trente deniers de Pascal Couchepin ?

Les primes d’assurance maladie explosent, mais le Chef du Département fédéral de l’Intérieur juge préférable de ponctionner 30 francs à chaque rendez-vous chez le médecin. C’est une grave erreur dans la mesure où certaines personnes risquent de renoncer à une consultation nécessaire tout simplement parce qu’elles la considèrent trop chère
C'est l'avis de plusieurs militants d'Entremont Autrement qui invitent ceux que veulent à signer la pétition en ligne. 
D'autres se questionnent et formulent des avis plus nuancés en les replaçant dans le contexte global du débat récurrent concernant les coûts de la santé en Suisse.
Nous vous invitons aussi à en débattre en utilisant le fil des commentaires ci-dessous, où les mails.

7 commentaires:

  1. Personnellement, je suis contre cette taxe : je trouve que c'est une mesure inutile, qui n'aura pas l'efficacité espérée et qui n'apportera qu'une lourdeur administrative de plus dans un système de santé déjà très buraucratique.

    Voilà, c'est dit!

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande si c'est un véritable plaisir de prendre rendez-vous chez le médecin, attendre trois quarts d'heure dans une salle d'attente, se faire palper sous toutes les coutures, avoir une caméra dans le fond de l'œsophage, un doigt au niveau du colon, une palette au fond de la gorge, un ongle qui vous gratte le foie, un genou au fond du dos, une lampe torche dans l'œil, un tablier de plomb autour du cou et devoir payer (parce qu'on paie, même sans les 30 CHF de taxe). Je crois qu'on préfère tous un bon cinéma ou un verre de fendant au bistrot du coin.

    Je ne crois pas qu'on va chez le médecin, si on n'est pas malade ou inquiet.

    A mon avis, une taxe ne va que décourager les plus pauvres à demander les services d'un médecin, on fera moins de prévention et on fera plus de gros traitements (puisque les gens auront trop attendu). Mais comme on ne souhaitera plus s'acharner (selon le souhait de Christophe Darbellay), on diminuera ainsi nettement la population suisse et on résoudra du même coup le problème de l'AVS, AI et Compagnie.

    C'est vrai, au fond, c'est peut-être une bonne idée !

    Pour ma part, je dis non à la taxe de consultation.

    RépondreSupprimer
  3. Cette taxe a déjà été introduite dans certains pays puis retirée par manque d'efficacité. Les autres pays qui l'ont introduite parlent également de "fiasco". C'est bien de prendre de nouvelles idées là où il y en a, mais il vaudrait mieux prendre les bonnes uniquement... Je dis également non à cette taxe.

    RépondreSupprimer
  4. D'un correspondant connu de la rédaction:

    Je trouve que cette taxe est peut-être "anti-sociale" mais si cela peut
    éviter de se rendre chez le toubib pour un pet de travers....

    RépondreSupprimer
  5. D'un autre encore:

    Hello

    Pour moi c'est non.
    Pas assez d'économie (- de 1% (0.7)) au niveau des coûts de la santé par rapport au surplus de frais administratifs engendrés.

    à+

    RépondreSupprimer
  6. un ancien qui a une bonne mémoiremercredi, 03 juin, 2009

    On a assisté en quelques années à la suppression du tiers payant, puis à l’introduction du 10%, puis de la franchise, et maintenant on rajoute 30 balles en cash à chaque visite... Quand je pense qu’on rêvait à la caisse unique!

    RépondreSupprimer
  7. La santé, ça n'a pas de prix mais ça a un coût, c'est bien connu.
    Et ce coût grimpe chaque année un peu plus, ce qui est normal puisque plus on se soigne moins on meurt, moins on meurt plus on devient vieux, mais plus on devient vieux plus ça coûte cher et plus on se soigne. Il y a certainement un moment où la longévité ne va plus vraiment progresser et où on pourra compter sur une certaine stabilité des coûts, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
    En attendant, on paye ! Et comme on paye très cher, il est normal que les gouvernants (qu'on paye aussi assez cher pour ça) se préoccupent de trouver des solutions pour éviter une inflation totalement non maîtrisée.
    La taxe de 30 francs est l'une de ces solutions, peut-être la bonne, peut-être pas. C'est vrai que quand on veut se faire élire, on doit se faire aimer. Et quand on veut se faire aimer, il est plus confortable de dire haut et fort qu'on ne laissera pas taxer impunément ses électeurs. Moi, je veux bien. Mais je trouverais plus crédible qu'on oppose à la taxation une autre proposition, plus intelligente, plus juste, plus sociale. Pour l'heure, on ne voit rien venir de très sérieux.
    Aussi je risque bien de ne pas payer la taxe de 30 francs et je n'en pleurerai pas. Mais je continuerai à payer les cotisations que me réclame ma chère caisse maladie, qui m'écrira très poliment, chaque année, que, malheureusement cher monsieur, compte tenu de l'évolution conjoncturelle, de la hausse des taux hypothécaires, de la baisse de la natalité et de l'explosion des coûts de la santé, votre cotisation va être majorée, une fois de plus. Et ça, ça risque d'être bien plus cher que les 30 francs d'une consultation que je n'aurai peut-être pas sollicitée.

    Antoine

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.