24 mai 2018

Faut-il accueillir en 2026 les Jeux Olympiques d’hiver ?

Le canton dans lequel je vis est face à un dilemme essentiel. Faut-il accueillir en 2026 les Jeux Olympiques d’hiver ?

Face aux nombreux défis que notre région doit relever, de nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens sont sceptiques. Tous les Jeux, jusqu’à ceux organisés en Corée cette année, ont laissé des déficits derrière eux, que la population a dû ou devra encore éponger.

Depuis de nombreuses années, les responsables politiques coupent dans les budgets sous prétexte que nous n’avons pas assez d’argent. L’éducation, la santé, le social, l’aide au chômage, etc… Même une loi sur le sport (!) n’a pas été mise en vigueur durant six ans faute de moyens… Un déficit serait forcément une charge supplémentaire pour la population et entraînerait de nouvelles coupes dans les budgets…

Bien sûr, les promoteurs nous promettent que cette fois-ci, chez nous, ce sera différent… Nous, nous sommes bien meilleurs que tous les autres… Nous sommes plus intelligents, plus sérieux, plus travailleurs et plus démocratiques.

Comprenez bien qu’une des raisons qui me fait douter, c’est vous, chers membres du CIO… Pas besoin de vous rappeler les multiples scandales de corruption, ni l’immense déception de la population valaisanne lors d’une précédente candidature, l’affront de Turin, la place de la Planta vidée en quelques minutes par la foule dépitée, laissant derrière elle tonne de déchets et des centaines de sandwichs…

Je n’ai pas confiance en vous. J’ai quelque peine avec votre système de cooptation (déf : Dans une assemblée, nomination d'un membre nouveau par ceux qui en font déjà partie). Tiens, Juan Antonio Samaranch Junior est entré au CIO en 2001, et a été élu en 2016 à la vice-présidence du CIO. Comprenez que cela puisse me … chiffonner un peu !

Et puisque nous parlons du fonctionnement du CIO, voici quelques chiffres :
  • Sur les cent membres cooptés, 29 membres sont en place depuis l’approbation unanime de l’Agenda olympique 2020, approuvé en 2014. Cela ne vous a pas empêché d’attribuer les jeux d’hiver 2022 à Pékin. Une région qui souffre d’un manque d’eau cruel, qui n’a jamais de neige et qui devra produire des tonnes de neige artificielle. Agenda 2020, durable ? 
  • Plus loin dans les chiffres, on constate encore que 71 membres sont encore issus de l’époque avant cet agenda. Certains sont en place depuis fort longtemps, à croire qu’ils sont irremplaçables… 1978, c’est le champion absolu, M. Richard W. Pound, 40 ans de siège… Diantre ! 
  • 9 membres sont là depuis 30 ans et plus… 24 membres sont là depuis 20 ans et plus. 11 membres depuis 10 ans et plus. 26 depuis 5 ans et plus.

Vous comprendrez dès lors mon scepticisme quant au changement tant promis au sein du CIO. Comment croire que le 70% des membres en place depuis tant d’années ait soudain changé son mode de fonctionnement ? Comment croire que le 70% des membres, responsables de décisions catastrophiques tant au niveau écologique qu’économique ou social soient « convertis » à une nouvelle vision des Jeux ?

Je vous propose, avec tout mon respect, de revoir votre fonctionnement. De faire le ménage. De mettre en place quelques règles démocratiques, par exemple la limite de durée des mandats ou des élections plus transparentes. Et puis, une fois le changement réellement appliqué, une fois la place propre et neuve, peut-être alors pourrais-je vous faire confiance.

En attendant, je vous remercie de bien vouloir trouver un autre site pour la grande fête du business. Fête qui, à n’en pas douter, vous rapportera beaucoup et nous coûtera tout autant.

Barbara Lanthemann
Présidente du PS Valais Romand

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.