27 avril 2018

Pauvreté, aide sociale et responsabilité des entreprises

615'000 personnes, en Suisse, sont pauvres. Voilà le nouveau constat émis, en ce mois d’avril, par l'Office fédéral de la Statistique. En gros, ceci signifie moins de 2247 francs par mois pour une personne seule et 3981 francs pour un couple avec deux enfants.

Parmi ces 615'000 personnes, 145'000 personnes occupées professionnellement étaient concernées. 

Ainsi, des personnes qui travaillent, qui touchent donc un salaire, n’arrivent pas à obtenir plus de Fr. 27'000.00 par année. Oui, il y a des personnes qui ne travaillent pas toute l’année (dans la restauration, par exemple, ou encore l’hôtellerie voire dans des petites entreprises) et oui, il y a des personnes qui ne peuvent pas travailler à 100% et doivent se contenter de revenus de misère (des mères seules avec enfants, par exemple).

Mais il y a aussi des personnes qui ne reçoivent, pour une activité professionnelle, travaillant à 100%, pas même de quoi faire vivre leur famille, soit moins de Fr. 4000’00 par mois. Outre le fait que c’est juste sidérant, il faut être clair : si des entreprises ne paient pas correctement leurs employés, c’est vous et moi, par nos impôts, qui subventionnons ces entreprises, à cause de leur attitude discriminante, puisque ces personnes deviennent dépendantes de l’aide sociale.

Et ça, ce n’est pas tolérable !

Olivier Bender

3 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je précise que si certaines personnes ne touchent pas de quoi vivre et faire vivre leur famille, il n'est pas correct de faire le lien uniquement avec les entreprises qui ne paieraient pas justement leurs employés.

    La cause de la précarité de ces workings poors se trouve également ailleurs : sans formation initiale qualifiante, une personne va se retrouver dans des emplois peu rémunérés, quelle que soit la bonne volonté de l employeur.

    Sans oublier les familles monoparentales avec les emplois à temps partiel, des crèches à financer, le conjoint qui se retrouve à chercher un emploi après une séparation, alors qu'il a été éloigné du marché de l emploi durant plusieurs années va prioritairement de tourner vers des emplois peu qualifiants.

    Tout ça pour dire que les wokings poors il y en a, malheureusement, mais que ce n'est pas la faute des entreprises uniquement. Le parallèle est trop facile.

    Il Y a d autres aspects dans cette question.

    Florie M.

    RépondreSupprimer
  2. Olivier Benderlundi, 07 mai, 2018

    Bonjour Florie,

    Où voyez-vous que c'est la faute des entreprises uniquement (pour reprendre votre texte in extenso), svp?

    Olivier

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Votre texte conclut en mettant en cause les entreprises, alors qu'il y a d'autres éléments dans cette question, qu'on ne retrouvent pas et qui sont autant, si ce n est plus important.
    Salutations
    Florie M.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.