25 janvier 2018

Toute la richesse dans les mains de quelques personnes? Passe encore…

Ainsi, 82% de la richesse créée en 2017 dans le monde a terminé entre les mains du 1% le plus riche de la population de la planète. A l'inverse, 50% de la population mondiale n'a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale.

Si tout le monde mangeait à sa faim, obtenait des soins de qualité et pouvait accéder à une éducation totale, globale et surtout gratuite, tout en vivant en sécurité, je dirais « passe encore ».

Malheureusement, inutile de rappeler que non seulement, ce n’est pas le cas, mais qu’il serait tout à fait possible de tendre gentiment vers cet idéal - célébré, cette année, par le Forum de Davos et son thème « Créer un futur partagé dans un monde fracturé » - si on en avait enfin la volonté.

A ce sujet, on se réjouit des résultats de ce WEF 2018 ! Oh, oui, on se réjouit… Même si nous savons déjà que de belles paroles ne valent pas des actes vaillants. Vaillants, soit avec courage!

En même temps, ne devrait-on pas s’extasier béatement devant de telles statistiques en se disant que c’est bien la preuve d’une économie mondiale florissante, même s’il faut une vie de labeur à une employée de Zara, au Bengladesh, pour toucher ce que son patron gagne en une semaine? Hein, finalement, la richesse, c’est la récompense de la prise de risque et du travail créatif, non?

Presque, car en réalité, les grandes fortunes sont plus souvent le fait d’héritages, de monopole ou de relation avec les gouvernements, comme le dit le rapport Oxfam sorti lundi sur le sujet. Donc pour le mérite, on repassera…

Et pour finir avec ces excellentes nouvelles, Oxfam indique que, selon ses estimations, 200 milliards sont, chaque année, détournés fiscalement. Donc fraude. Ce qui est fort dommageable, car même si ce chiffre est le double de la réalité, je pourrais dire « passe encore », si un petit quart (22 milliards) de cette fraude ne l’était pas, puisque c’est le montant qu’il faut pour que chaque enfant puisse recevoir une éducation adéquate. Et oui, la lutte contre l’évasion fiscale a encore de beaux jours devant elle. Vivement l’échange automatique d’information, puisque l’auto-régulation ne fonctionne pas.

Olivier Bender
Conseiller communal à Vollèges

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.