19 janvier 2017

RIE III le grand chantage!

Des managers de grandes sociétés aux patrons de PME en passant par les barons de l'économie Suisse, le concert de louanges pour RIEIII est une chorale sans fausses notes! Les menaces de conseillers fédéraux, le chantage de certains politiciens lors des conseil divers est insupportable. La population est menacée ouvertement, par ces chantages, de la suppression de centaines d'emplois en cas d'acceptation de l'initiative. Cela à un relent de déjà vu.... Lex Weber, LAT etc.

Par contre, qu'une entreprise soit imposée fiscalement moins qu'une famille, cela ne gêne aucunement nos cadors de l'économie! Citoyens, réveillez vous, ne nous laissons pas imposer une initiative qui ne profitera comme toujours qu'aux nantis et aux actionnaires. La paupérisation de la classe moyenne, ces dernières années est effective et cette initiative ne fera que l'accentuer. Un NON majuscule dans les urnes est à mon avis un devoir citoyen.

Michèle Steiner

2 commentaires:

  1. Merci Michèle, j'en ai aussi ras-le-bol de ces éternels chantages et des éternelles jérémiades de la classe dominante, avide de toujours plus d'argent et de croissance au mépris de la qualité de vie des citoyens ordinaires. Et puis je n'ai encore entendu personne, mais vraiment personne, dire clairement, mais vraiment clairement, comment les milliards de pertes fiscales allaient être compensées. M'est avis aussi que la classe moyenne va en faire les frais, ainsi que la santé, l'éducation et l'agriculture.



    RépondreSupprimer
  2. Bravo Michèle pour ce coup de gueule et cette réaction indignée.
    Il faut que nous le soyons, tous, chaque jour, quand, sous prétexte de "sauver" les entreprises et les emplois, les dirigeants s'échinent à appauvrir les travailleurs et toute la classe moyenne. En Valais, suite aux cadeaux fiscaux de ces dernières années,( merci M. le Ministre local) les comptes sont passés dans le rouge et les premiers à assainir la situation sont les employés de l'Etat, les prestataires de l'école, de la santé et des services sociaux.
    Les plus démunis ont vu les subventions à leur caisse-maladie se réduire drastiquement, pendant que l'on discute de subventionner des entreprises viticoles et que de grandes sociétés de remontées mécaniques (ultra-libérales) pleurent afin de recevoir un soutien de l'Etat! Le monde tourne sur la tête et on veut faire croire au citoyen qu'il doit voter "oui" pour se sauver. Immense tromperie qui, à force de matraquage médiatique, porte ses fruits. Alors, NON, parce que la dignité individuelle est une valeur et l'indignation peut être plus forte que tous les calculs des nantis aux poches déjà pleines! PAP

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.