4 octobre 2016

Un marché immobilier à repenser

"Le Valais doit changer sa manière de voir les logements touristiques. Au lieu de chercher à réaliser des bénéfices immédiats, les investisseurs doivent orienter leur réflexion sur le long terme." C’est ainsi que le NF du 3 octobre résume le débat organisé par l’UBS à la Foire du Valais, sur le thème du marché de l’immobilier.

Cette réflexion ne date pas d’hier. Elle est même inscrite dans tous les programmes politiques depuis quelques législatures déjà. Mais la tentation des profits immédiats est bien trop forte pour encourager le passage à l’acte. C’est ainsi qu’à Bagnes, on a poursuivi des pratiques illégales jusqu’à ce que le conseil municipal soit pris en flagrant délit. Ce qui était bon pour les promoteurs immobiliers était bon pour la commune et par conséquent devait être bon pour l’ensemble des citoyens. Quels emplois ces constructions ont-elles générés une fois les clefs remises aux propriétaires des chalets de luxe édifiés à Verbier ? Pratiquement aucun, surtout lorsque les acheteurs étaient davantage préoccupés par le souci d’échapper au fisc de leur pays d’origine qu’à s’installer durablement dans les Alpes. Aujourd’hui le mal est fait. Il faudra donc faire preuve d’ingéniosité pour convaincre certains propriétaires d’ouvrir leurs volets en dehors de la période des fêtes.

Contrairement à ce que certains ont cru jusqu’à présent, les emplois dans la construction ne sont pas les seuls que l’on doive développer dans les régions touristiques. Vouloir les maintenir, voire les augmenter à tout prix risque de retarder encore plus la recherche de solutions équilibrées et durables dont la commune a un urgent besoin.

Antoine Cretton
Entremont Autrement - Bagnes

9 commentaires:

  1. que du bla-bla, de jolies phrases, de belles et bonnes idées.....mais rien de concret, aucune solution !
    Et savez-vous pourquoi ? Eh bien simplement qu'aucune loi ne peut obliger un propriétaire à ouvrir ses volets lorsqu'il est absent ! Et même présent !
    Que de temps perdu en ces périodes pré-électorales, que de vaines promesses, que de stupidités !

    RépondreSupprimer
  2. en quoi le fait de maintenir les emplois dans la construction risque de retarder la recherche de solutions.....(etc). J'aimerais comprendre ! Cessez donc de dire tout et n'importe quoi et concentrez-vous sur des thèmes concrets !

    RépondreSupprimer
  3. Il suffit de l'apparition d'EA pour vous découvrir un sens critique. Dommage que vous ne l'ayez pas utilisé plus tôt. Cela aurait peut être éviter certains dommages.
    Bonne chance à Pierre et Antoine, et ne vous embêtez pas avec ceux qui vous regardent d'en haut, prompts à critiquer ceux qui menacent de faire mieux.

    RépondreSupprimer
  4. ce bagnard-là est le représentant-type de ces citoyens qui d'élections en élections votent inlassablement pour les mêmes "couleurs", comme papa, comme grand-papa ! Tout n'est que
    bla-bla !

    RépondreSupprimer
  5. L’article prétend simplement que les emplois dans la construction ne sont pas les seuls à mériter la considération des élus communaux. Si l’on veut réellement s’ouvrir à un tourisme d’exploitation ou de services, il s’agira de développer ou de créer d’autres emplois, dans l’hôtellerie, le commerce, les moyens de transport, l’animation touristique, la location d’appartements, la restauration et j’en passe. Réfuter cela, c’est simplement proclamer qu’il n’y a qu’à continuer à faire ce qui a été fait jusqu’à présent : acheter des terrains, construire, revendre le tout avec bénéfice et recommencer. Le hic, c’est que cette manière de faire ne fournit pas des emplois durables à la population et que, fatalement, elle a ses limites (législation, chèreté du franc, épuisement progressif des terrains à bâtir et saturation des constructions, réchauffement climatique, etc.).

    RépondreSupprimer
  6. il y aurait des chapitres à écrire pour commenter ce qui précède ! J'en arrive à espérer que ces EA soient élus afin de nous permettre de les confronter à des actions concrètes, d'entendre leurs arguments pour, finalement, leur démontrer oh combien leurs belles théories peuvent, certes, être bien notées par certains mais oh combien elles ne sont que purement théroriques . Lire ici des termes tels que "chéreté du franc", "épuisement des terrains" etc. en témoigne !

    RépondreSupprimer
  7. Non, il ne s'agit pas de théories. Des politiques très concrètes sont déjà appliquées dans le sens décrit par M. Cretton dans d'autres régions et de manière tout à fait efficace.

    Nous avons déjà un élu à Orsières, nous savons la différence qu'il y a entre ce que vous appelez la théorie et la pratique. Ce petit jeu ne prend pas avec nous.

    De manière plus générale, comme vous commentez fréquemment nos posts, je vous encourage à faire preuve d'un minimum de courage et à laisser tomber votre anonymat.

    RépondreSupprimer
  8. faire preuve d'un minimum de courage dites-vous ? Car dévoiler son identité est, pour vous une preuve de courage ? Je crains dès lors qu'élus, vos représentants exigeront que les bulletins de vote ne soient plus anonymes mais bien clairement identifiables. Réjouissons-nous !

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.