21 août 2016

Au nom de la liberté

Faut-il interdire le port du voile dans les lieux publics, comme le réclame la droite dure à grand renfort d’initiatives ? A l’heure où la gauche semble se diviser sur cette question, le camarade Frédéric Nouchi exprime sa conviction profonde dans le texte ci-dessous. Pour lui, on ne peut faire de concessions au respect des libertés.

Antoine Cretton

La liberté ne se divise pas. Elle s’applique donc aussi à ceux dont nous ne partageons pas les idées ou les préjugés.

Amis de la ville, des campagnes, des montagnes, voire même des plages.... Amis plongeurs, soyons forts car bientôt, nous n’aurons plus le droit de choisir notre tenue de plage ! Amis Chinois, vous qui vous protégez tant des méfaits du soleil en vous couvrant de la tête aux pieds à la plage, et bien vous non plus ! Amis tatoués… Amis excentriques… Amis chrétiens, musulmans, juifs, enfin bref, toutes ces religions qui ne me concernent pas vu mon athéisme… si nous n’y prenons pas garde, nous n’aurons plus de souci à nous faire pour nos libertés car elles auront toutes été supprimées !

Amis, 

Bon, plus sérieusement : les mots « liberté, fraternité et égalité », les devises de base de mon éducation ne sont pas que des mots ! Ils ne se divisent pas et ils s’appliquent à chacun et donc aussi à ceux qui ne partagent pas mes idées.

Je me dois, vu mes engagements et mes positions, de vous donner le fonds de ma pensée concernant les déclarations de certains de mes camarades sur l’interdiction de la burka et plus globalement sur le dossier des initiatives UDC que je ne soutiendrai pas (mais ça, vous le saviez déjà).

Comment vous dire sans vexer personne… Parmi les principes d’un pays démocratique et social, il y a la liberté individuelle qui se conçoit en relation avec l’égalité des droits pour toutes et tous, sans distinction d’origine, de condition, d’appartenance, de croyance ou de sexe ! Si liberté individuelle il y a, alors sa seule limite doit être de ne pas imposer aux autres sa propre vision lorsqu’elle découle d’une idéologie politique ou d’un dogme religieux. Ainsi, chacun d’entre nous peut penser ce qu’il veut des modes de vie choisis par les autres selon leur religion, etc, mais aucun d’entre nous ne doit imposer autoritairement aux autres son propre choix, comme on le ferait d’un uniforme obligatoire. 

Voilà pourquoi aujourd’hui, comme demain, je m’opposerai de toutes mes forces à un pouvoir qui obligerait les femmes à couvrir leur corps dans l’espace public, de même que je m’oppose aujourd’hui à ce qu’on interdise dans ce même espace public une tenue qui contraint quiconque à se découvrir pour des motifs idéolotiques ou religieux.

Dans les deux cas, nous abandonnerions nos libertés individuelles au profit d’une logique autoritaire et discriminatoire qui, dans le premier cas vise les femmes en continuant à en faire une minorité opprimée et, dans le second, vise les musulmans en les considérant comme une minorité à exclure.

La liberté ne se divise pas et elle est donc aussi celle de ceux dont nous ne partageons pas les idées ou les préjugés, à condition évidemment qu’ils ne cherchent pas à nous imposer les leurs autoritairement.

Frédéric Nouchi
Co-Président PSVR-Migrant-e-s
Candidat au conseil communal de Martigny

7 commentaires:

  1. Notre plus grand job , à nous , athés : Apprendre aux croyants à vivre ensemble !

    RépondreSupprimer
  2. Et c'est bien idéologique et pas idéolotique :-)

    RépondreSupprimer
  3. Voilå, très bien dit! Il faut combattre autant l'obligation de porter une voile comme son interdiction. Les deux nuisent à la liberté et n'aide pas les femmes musulmanes.

    RépondreSupprimer
  4. Texte intéressant,la liberté de chacun est précieuse, tout individu est libre de pensé comme il le souhaite mais personne ne doit imposer à une autre personne une tenue vestimentaire ou autre.

    RépondreSupprimer
  5. Enfin une phrase intelligente : le concepte de liberté doit s'appliquer à tous, pas seulement à ceux qui partage notre mode de vie. Nous sommes actuellement face à des politiciens qui ne prônent que la liberté pour eux même, sans se dire que cela peut être un choix pour une femme de confession musulmane de porter un voile. Certe peut-être est-il imposé dans certains contextes, mais cela ne justifie en rien une obligation ou une interdiction. Le respect de l'autre et le renoncement à la conversion à ses propres idées semble disparaître des consciences. Serions-nous revenus, nous aussi au moyen-âge? Même constat concernant la liberté d'expression, il ne suffit pas de la scander pour soi-même, on doit l'exiger également pour celui qui n'a pas la même opignon que nous, c'est comme ça que le dialogue est possible, expose tes arguments, laisse moi exprimer les miens, et débatons, sans chercher à convertir l'autre à notre idée. Le monde actuel est plus hypocrite et intolérant que jamais, le lavage de cerveau médiatique, lui, se porte à merveille. Thomas Sarrasin

    RépondreSupprimer
  6. Et bien je vais essayer d'exercer ma tolérance à tolérer l'intolérable.....va y avoir du boulot!

    RépondreSupprimer
  7. Vaste débat ! Jusqu'où tolérer l'intolérance ? Jusqu'où vont les limites de la tolérance ? En tant que femme, je me sens blessée chaque fois que je vois une de mes sœurs, cagoulée, grillagée, enfermée par un vêtement, sa personne annihilée ne devant plus qu'une ombre anonyme. Je voudrais être tolérante, je ne le peux pas, pas devant une burqa. Ce vêtement ne m'inspire qu'une sourde colère ...

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.