19 juillet 2016

BILAN D’URBAIN GAILLARD POUR LA PERIODE 2012-2016 PASSEE AU SEIN DU CONSEIL COMMUNAL D’ORSIERES

Urbain, te voilà bientôt arrivé au terme d’un premier mandat de quatre ans au sein du conseil communal d’Orsières sous l’étiquette d’EA. Parlons tout d’abord de l’ambiance au sein du conseil. Comment as-tu été accueilli en tant que minoritaire? Comme s’est passée la collaboration avec les autres conseillers ? As-tu quelquefois souffert de solitude?

Sans connaître l’accueil réservé habituellement aux nouveaux élus, je pense pouvoir affirmer qu’au-delà de mon étiquette politique j’ai été accueilli comme n’importe quel autre nouvel élu. Les craintes qui ont pu être émises durant la campagne électorale à la venue d’élus autrement se sont très rapidement évanouies. Pour ce qui est de la collaboration avec les autres conseillers, elle est à qualifier de très bonne. Les divergences de point de vue qui peuvent surgir autour de la table du Conseil n’ont guère influencé le bon esprit régnant en son sein. Ce qui fait que jusqu’à ce jour, je n’ai jamais ressenti de solitude.

Peux-tu nous parler de tes dicastères et des fonctions qui s’y rapportent?

Je suis membre de 4 commissions. Je ne m’attarderai que sur celle que je préside, la commission "Constructions – Salubrité".
De toutes les commissions, la commission des constructions est la seule à se réunir au moins une fois par mois. Ce qui signifie que mensuellement je me réunis avec Dominique Tornay pour traiter tous les nouveaux dossiers déposés. Puis une nouvelle fois avec les 2 conseillers membres de la commission. Et enfin, je rapporte au Conseil en présentant l’ensemble des dossiers traités. De plus, durant cette législature il n’a pas simplement fallu gérer les dossiers de constructions. J’ai également dû gérer la longue période de la mise sous toit de la nouvelle loi sur les résidences secondaires ainsi que sa mise en application. Et j’ai participé également activement à la commission travaillant sur la modification du RCCZ et du PAZ ainsi qu’aux travaux préliminaires liés à la loi cantonale sur l’aménagement du territoire qui est actuellement en consultation.

Au niveau de la salubrité, le gros de la tâche consiste à gérer les déchets et dépôts hors des points de collecte. Le problème principal dans ce domaine est de ‘fixer’ la limite du tolérable. C’est souvent une question de perception personnelle qui est évidemment très subjective. Par exemple : Un petit tas de gazon déposé dans un talus ou une combe (souvent publiques) ne sera jamais vu comme un problème de salubrité, ce qui ne sera pas le cas pour un dépôt au même endroit de x mètres cube de déchets végétaux en tout genre. Pour clore sur la salubrité, je vais donner un exemple négatif et un positif. Négatif : Lors de mes ballades en vélo, je constate trop souvent un irrespect de la belle nature dans laquelle nous vivons. Positif : Marchant souvent à travers le village d’Orsières, je constate à chaque fois que la propreté et l’ordre sont de mise aux alentours des diverses entreprises sises en zone d’habitation.

Je finirai juste par préciser que lorsqu’une commission rapporte au Conseil, pour chaque décision à prendre, elle émet une proposition. Mais qu’au final, après présentation et discussion, l’ensemble des décisions prises le sont par le Conseil communal.

Quelles sont les principales difficultés que tu as rencontrées dans le cadre de tes fonctions?

Je ne peux pas prétendre avoir rencontré de nombreuses difficultés. J’en relèverai peut-être tout de même deux. La première, consistant à faire respecter les lois et règlements en vigueur tout en tentant de satisfaire aux demandes et souhaits des requérants citoyens. La seconde, me demandant un gros travail d’organisation entre mon temps de travail comme menuisier indépendant et mes différents rendez-vous pour des séances d’information, de commission, de Conseil ou autres.

Tu as certainement de nombreux points positifs et de réussites à faire valoir dans le cadre de ton travail de conseiller communal? Peux-tu nous parler de ceux qui te tiennent à cœur?

Que ce soit au niveau de la salubrité ou des constructions il est impossible de relever certaines "réussites" pour cause de préservation de la sphère privée des personnes concernées. Pour ce qui est des constructions, je peux tout de même signaler quelques points positifs. Je pense tout d’abord à une bonne gestion des dossiers de construction et une correcte application de la très controversée LRS et ce, durant les 3-4 années qu’a duré sa mise en place. Ensuite, j’ai pu voir certains de mes engagements personnels et autres propositions aboutir au règlement de litiges entre propriétaires-voisins. Enfin, au vu des très nombreux retours positifs qui reviennent à mes oreilles concernant la gestion de la commission des constructions de la commune d’Orsières et de mon implication au sein du Conseil communal, je pense avoir rempli ma tâche jusqu’ici. Le reproche le plus souvent entendu à mon égard porte certainement sur un trop grand respect des lois et règlements. Mais aujourd’hui, avec les affaires qui courent, ces reproches passent presque pour des compliments.

En tant que membre d’EA et défenseur de ses valeurs, penses-tu avoir pu influencer ne serait-ce qu’un peu les décisions du conseil?

Il m’est difficile de quantifier l’impact de mes interventions sur les décisions prises. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de défendre un avis largement minorisé. Dans ces cas, souvent mon avis n’a pas influencé du tout la décision. A l’occasion par contre, il a été suivi quelque peu voire jusqu’à être largement pris en compte. Et, pour mes interventions concernant des visions futures, je pense que quelques une d’entre-elles, que je partage avec EA, font leur petit bonhomme de chemin.

Te voilà reparti pour un tour. Ta motivation est donc intacte?

Oui, ma motivation est intacte. J’ai toujours du plaisir à me retrouver autour de la table du Conseil. J’ai également toujours aimé consacrer du temps pour la collectivité. Cela a longtemps été au bénéfice presque exclusif des jeunes de notre région (scout – football – tennis). Aujourd’hui c’est dans un autre domaine, mais toujours avec la même passion et le même engagement.

Si tu devais résumer cette période de quatre ans, quels mots utiliserais-tu pour la définir? (un seul mot à la fois)?

Un nom : engagement
Un verbe : gérer
Un adjectif : urbain (rire)
Un adverbe : passionnément pour ne pas dire autrement
Un arbre : le bouleau
Une fleur : l’edelweiss (clin d’œil aux majoritaires)
Une couleur : isabelle (amour de rire)

Merci infiniment Urbain pour ton engagement! 

/BV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.