15 mai 2015

Prises de position d'Entremont Autrement: OUI à tout et un double NON à R21

Réuni le mercredi 14 mai 2015 à Sembrancher, le comité d'Entremont Autrement a débattu des divers objets soumis à votation. Nous rappelons qu'il ne s'agit pas de consigne de vote mais simplement des prises de positions du comité d'EA.

1. Arrêté fédéral du 12 décembre 2014 concernant la modification de l’article constitutionnel relatif à la procréation médicalement assistée et au génie génétique dans le domaine humain 

Entremont Autrement suit le Conseil Fédéral et le Parlement et vote OUI à l'arrêté. Il s'agit d'autoriser le diagnostic préimplantatoire pour les couples porteurs d'une maladie héréditaire et pour les couples qui ne peuvent pas avoir d'enfant par voie naturelle.
C'est une question sensible qui touche des problématiques éthiques, certains craignent même une forme de porte ouverte à l'eugénisme. Cependant, pouvoir sélectionner l'embryon qui n'est pas porteur d'une maladie grave diminue justement le nombre de décès prématurés, n'est pas une porte ouverte à toutes les dérives et est en tout cas préférable à la situation actuelle qui voit des femmes avorter quand elles apprennent que leur enfant est atteint d'une maladie alors que l'embryon est déjà plus développé.

2. Initiative populaire du 20 janvier 2012 "Initiative sur les bourses d'études" 

Entremont Autrement accepte "l'initiative sur les bourses d'études". Aujourd’hui, le système des bourses d'études représente d'énormes disparités : le Jura dépense 87 francs par habitants quand Schaffhouse en dépense 17 et le montant moyen par semestre va de 1200 francs à Neuchâtel à 3800 francs à Zurich. Il faut aussi relever que la tendance est à la baisse: le montant total des bourses a baissé de 25 % depuis 1993 si on prend en compte l’inflation et de plus on tente de les remplacer par des prêts, une « solution » qui décourage de se lancer dans les études et laisse des jeunes entrer dans la vie active en étant déjà endetté et qui a déjà prouvé son inefficacité aux Etats-Unis.


Pour répondre à ce problème, l’initiative a trois objectifs : transférer la compétence des bourses vers la Confédération, harmoniser les critères d’attribution de bourse et garantir un niveau de vie minimal aux étudiants. Rappelons aussi que trois étudiants sur quatre exercent un travail d’appoint à côté de leurs études, dans certains cas au détriment de leur formation universitaire et que les bourses d’études sont également synonymes d’égalité des chances. Et finalement proposer aux étudiants de s’engager dans des études difficiles de plusieurs années sans garantie de réussite mais avec la certitude d’en ressortir endetté, est-ce vraiment le bon moyen de répondre à la pénurie de médecins ou d’ingénieurs qui touche notre pays ?
Entremont Autrement s'engage pour une politique éducative durable, place l'égalité des chances et la jeunesse au coeur de sa politique et soutient donc évidemment cette initiative en votant OUI.

3. Initiative populaire du 15 février 2013 "Imposer les successions de plusieurs millions pour financer notre AVS » 

À la suite d'une concurrence fiscale intercantonale débridée, les cantons ont été contraints de diminuer fortement voire même de supprimer ces impôts. Cette initiative vise donc à réformer ce système en instituant un impôt fédéral de 20 % sur les successions et les donations (avec une franchise de 2 millions), identique dans tous les cantons, avec pour but principal de financer l'AVS et les cantons et de diminuer la croissance des inégalités.
On sait que la transmission d'une PME n'est pas chose facile et le but n'est en tout cas pas de mettre en danger les entreprises. C'est pourquoi cette initiative prévoit une exception qui protège l'héritier qui veut reprendre l'entreprise familiale de cet imposition de 20%.
Financer l'AVS et les cantons de cette manière permet également de protéger notre tissu économique de taxes et d'impôts supplémentaires et de rétablir une certaine justice fiscale avec cette initiative : les impôts sur le capital et la fortune ont tendance à diminuer depuis quelques années (baisse des impôts sur le capital, des droits de mutations, de la charge fiscale sur les revenus du capital) alors que les pressions sur les revenus du travail augmentent (taxes sur les salaires et la consommation ; part importante des loyers et primes assurances maladies ; augmentation de la TVA et autres redevances).

Soucieux de maintenir une justice fiscale et de faire face aux difficultés de financement de l'AVS et de notre canton, Entremont Autrement votera donc OUI à cette initiative.



4. Modification du 26 septembre 2014 de la loi fédérale sur la radio et la télévision (LRTV) 

Avec internet, l'accès aux programmes de la SSR est devenu beaucoup plus aisé et il n'y plus besoin de disposer d'une télé ou d'une radio pour y accéder. Lier le paiement de la redevance à la possession d'une télé ou d'une radio est donc devenu obsolète.
En prélevant cette redevance sur l'entier des ménages et une petite partie des entreprises, on permet d'être en phase avec les évolutions de consommation, d'augmenter les recettes globales, et donc aussi la quote-part allant aux médias régionaux, tout en réduisant la facture pour les ménages de 60 francs annuellement.
À noter que 75% des entreprises suisses ne paieront pas, 9% paieront moins que maintenant et seulement 16% des entreprises réalisant les plus gros CA paieront un montant supérieur à leur situation actuelle. On redonne donc du pouvoir d'achat à la classe moyenne, on épargne la plupart des PME tout en s'adaptant à l'évolution des technologies. Entremont Autrement soutient donc cette modification légale en votant OUI.

5. Révision de la Constitution cantonale du 12 mars 2015 – R21 

Entremont Autrement est fortement déçu par ce projet minimaliste. Il regrette que la droite conservatrice ne fasse pas plus confiance aux citoyens et ne lui donne pas la possibilité de choisir entre plusieurs systèmes d'élection au Grand Conseil et au Conseil d'Etat.
EA s'étonne évidemment du quota de 35 députés hauts-valaisans sorti de nulle part, d'autant plus venant de personnes qui se sont toujours levés farouchement contre les quotas, notamment de femme, on frise ici le ridicule.
Finalement, lors de la dernière soirée Ouverture lors de laquelle Thomas Burgener et David Théoduloz ont débattu à ce sujet, le député PDC défendant ce quota a prétendu que de toute façon, quand on atteindra ce quota, on revotera et on rechangera la constitution pour retirer ce quota. Autant prendre les devant et refuser de mettre dans la Constitution ces quotas.
Ce sera donc un double NON à cette révision de la constitution : notre Canton mérite mieux que des réformettes. Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez consulter l'article de Thomas Burgener sur notre blog.

6. Décret créant un fonds pour le financement du projet de la 3ème correction du Rhône

La majeure partie de la plaine gagnée sur le fleuve lors des deux premières corrections est menacée par les crues du Rhône, aujourd’hui incapable d’évacuer les crues majeures (1935, 1948, 1987, 1993, 2000) sans dégâts. Les niveaux de risques d’inondation dépassent même les deux mètres par endroit.
Si le décret est accepté, la part que payera le canton se montera à 12 % et les travaux sont devisés à plus de 2 milliards de francs, sachant que les dégâts potentiels en cas de crue du Rhône dépassent les 10 milliards de francs. Cela créera des emplois durant trente ans en Valais.
À noter que contrairement à ce que certains peuvent prétendre, il n’existe pas de solution alternative trois fois moins cher, la soi-disant solution de l’udc ne répondant déjà pas aux contraintes légales de sécurité, ce qui exclut tout financement de la part de la Confédération.
Nous rappelons une dernière fois qu'il s'agit uniquement d'un débat sur le financement du projet. Chaque tronçon sera mis au concours dans les communes concernées et sera sujet à recours.

Entremont Autrement va donc voter OUI au financement de la troisième correction du Rhône pour rétablir la sécurité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.