9 mai 2015

Débat au Grand Conseil

La semaine dernière, le Grand Conseil a approuvé la loi sur les hébergements collectifs. Cette loi fait suite au dépôt d'une initiative lancée par l'UDC et régule la procédure en permettant une collaboration entre les communes et le canton. Voici le texte de mon intervention lors du débat final. Je rappelle que pouvez revoir tous les débats du Grand Conseil sur vs.recapp.ch.

Monsieur le président, Madame Messieurs du Conseil d'Etat, Chers collègues,

Faire une loi qui concerne les requérants d'asile, ce n'est pas une chose ordinaire. On parle de gens traumatisés, qui ont tout abandonné, qui n'ont plus de repère et qui ont parfois traversé la Méditerranée au péril de leur vie. Pour nous qui nous plaignons quand on se retrouve debout dans un wagon cff, il est difficile de comprendre la détresse de ces gens qui traversent la mer entassés sur un bateau.
Et pourtant, nous ne pouvons fermer les yeux face aux drames humains que leur situation représente. Il faut légiférer pour leur trouver un toit, leur donner un minimum de stabilité à leur arrivée dans notre canton et éviter si possible qu'il soient encore transférés dans des abris PC comme semble le suggérer le député Logean.

Fin 2014, les centres d'hébergement collectif étaient remplis et il est important de pouvoir faire face à une éventuelle augmentation du nombre de requérants, nous pouvons donc être globalement satisfait car nous avons produit une loi raisonnable qui permet une collaboration étroite entre commune et canton tout en permettant de répondre efficacement à la demande du nombre de requérants: une collaboration importante et nécessaire, permise par cette loi.
Nous avons fait un choix raisonnable en gardant les cas d'urgence, qui seront appliqués uniquement dans des circonstances exceptionnelles. Nous regrettons tout de même l'amendement qui propose une planification des centres de requérants, une planification qui semble couteuse et difficile à mettre concrètement en oeuvre.

L'alliance de gauche va donc se prononcer en faveur de la loi et vous propose de faire de même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.