14 novembre 2014

Coup de pouce inespéré en faveur de l'abolition des forfaits fiscaux

Un lecteur de notre blog commente:


Qu'on se le dise : Maurice Tornay fait une campagne en faveur du OUI à l'abolition des forfaits fiscaux à Bagnes. A la page 711 du Teletext, le ministre des finances cantonales valaisannes fait la démonstration que la suppression de l'imposition à forfait au profit de l'imposition ordinaire serait favorable aux riches étrangers. Partant de cette donnée que l'on devrait considérer comme avérée, il n'y a donc aucun souci que les riches étrangers bagnards s'en aillent. Et, cerise sur le gâteau et en complète contradiction avec les théories de notre président de commune, la commune de Bagnes va voir affluer les riches étrangers de toute la Suisse. C'est t'y pas beau ! Merci Maurice pour ton coup de main en faveur du OUI et de nos finances.

Encore un petit effort de sa part, et peut-être que TéléVerbier promettra de relier Orsières à son domaine skiable. Ce qui permettrait d'inciter quelques orserains à voter également OUI

Un bagnard heureux

jeudi, 13 novembre, 2014

2 commentaires:

  1. Notre ministre des finances reste fidèle avec la clarté de ses messages. Dans la même semaine et dans le même journal, au sujet de la part des forfaitaires en Valais, il indique une première fois 0,4% et aujourd'hui pratiquement le double avec 0,7%. De plus, aujourd'hui, il compare les recettes de forfaitaires aisés avec celles de familles avec 2 enfants. Les familles valaisannes dans cette situation apprécieront toute la gratitude que leur ministre des finances leur porte.

    RépondreSupprimer
  2. Donc les forfaitaires paieraient moins d'impôts si on supprimait le forfait fiscal, ce qui les pousserait à quitter notre pays?
    C'est moi où il y a un problème dans ce raisonnement?

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.