13 novembre 2014

Argumentez! SVP argumentez!

Je suis un démocrate, même si cela ne parait pas dans les initiales de la formation dans laquelle je suis élu. Je suis ouvert aux débats et défends la liberté donnée à chacun d’exprimer son point de vue et de le ‘concrétiser’ dans l’urne.

Dans la campagne sur l’initiative demandant l’abolition des forfaits, je ne critique pas les personnes, les politiques ou autres associations qui sont opposés à cette initiative. Par contre, je critique l’absence d’argumentation de certains et l’argumentation contradictoire et mélange-tout d’autres.
Pour argumenter ce que je prétends ci-dessus, voici quelques exemples :

- Vous avez certainement tous reçu hier dans votre boite aux lettres un ‘journal’ de 8 pages sur le sujet énoncé dito. La première phrase de celui-ci est l’affirmation suivante : L’abolition réclamée par la gauche conduirait à une perte d’impôts de plus de 1 milliards de francs. 8 pages, je défie tout un chacun de lire ces 8 pages et d’y trouver 1 seul argument nous expliquant par quelle succession de faits ces pertes seraient engendrées et pour quelle raison ces faits se produiraient. Sur ces 8 pages, la seule référence au système d’imposition en question est à mettre au crédit de M Broulis qui nous dit : Nous ne faisons pas de cadeaux fiscaux. Alors, pourquoi tous ces messages de peur ? Pourquoi si l’imposition à forfait n’apporte pas d’avantage par rapport à l’imposition ordinaire toutes les personnes concernées par sa suppression s’en iraient sous d’autres cieux ?

- Page 6 du NF du jour. Encore une fois, comme pour dito, aucun argument pour expliquer des faits et des raisons liés aux pertes fiscales annoncées. Dans l’article, M Tornay nous donne un exemple afin de démontrer que l’imposition à forfait d’un étranger n’est pas avantageux par rapport à l’imposition ordinaire d’un Suisse. Je veux bien le croire dans le cas de figure cité. Mais alors, si comme le laisse entendre M Tornay, ce cas peut être reporté à la grande majorité des situations, pourquoi ont-t-ils peurs de voir les personnes concernées par la suppression de l’imposition selon la dépense s’en aller si ce système ne les avantage pas ?

- Facebook. Je n’y suis pas mais j’y ai accès. Sur le compte d’un expert fiscal diplômé régional, des ‘posts’ concernant toujours le sujet en question y sont régulièrement déposés. Encore une fois, des annonces de cataclysmes sans aucune explication des faits et des raisons qui engendreraient ceux-ci. Une fois encore, et avec souvent les mêmes arguments que M Broulis et M Tornay, il y est prétendu que l’imposition selon la dépense n’apporte pas davantage fiscal à celui qui l’obtient. Alors, je me répète, mais en quoi sa suppression est-elle problématique ?

De plus dans le même article du NF cité ci-dessus, M Tornay parle d’équité en mettant en parallèle les 75'000 contribuables valaisans ne payant pas d’impôts et les 0,4% (environ 1300 personnes) imposées à forfait payant 4,47% du total des impôts cantonaux. Pour le premier chiffre, si leur nombre reste élevé, voire très élevé, après avoir ôté les jeunes en formations diverses, il serait bon de se poser la question du fonctionnement de notre société. On ne peut pas parler d’éthique en refusant un salaire minimum décent pour tous et ensuite ‘pleurer’ parce que ceux qui sont exploités ne paient pas d’impôts. Ensuite, pour permettre une argumentation sur l’équité de la part des contributions (4,47% de l’ensemble des recettes fiscales cantonales) provenant des étrangers imposés à forfait (0,4% des contribuables valaisans) il est nécessaire de connaître la part (en % du total) des revenus et de la fortune de ce même groupe de personnes. Dans l’attente de ces chiffres (sans grand espoir) les 2 chiffres donnés ne sont que vent.

Comme vendre de la peur en prédisant une hausse d’impôt pour tous est facile, là, il y a du monde. Pour trouver quelqu’un argumentant par quelle succession de faits et raisons tous les étrangers imposés selon la dépense s’en iraient, alors là, il faut courir (et pis encore, parce que ça je le fait).

P.S. : Il y a certainement une raison valable à la peur d’un exode des étrangers imposés selon la dépense vers d’autres cieux. Une majorité de ceux-ci sont imposés largement (pour rester soft) en dessous de ceux imposés de façon ordinaire, et en cas de suppression du système qui leur est favorable (pour rester soft) ils quitteraient notre pays. Mais pour cela, les partis qui prétendre défendre des valeurs chrétiennes démontreraient que leurs valeurs s’arrête à leur porte-monnaie et aux frontières de notre pays à croix blanche.

Urbain Gaillard

7 commentaires:

  1. Un bagnard heureuxjeudi, 13 novembre, 2014

    Qu'on se le dise : Maurice Tornay fait une campagne en faveur du OUI à l'abolition des forfaits fiscaux à Bagnes.
    A la page 711 du Teletext, le ministre des finances cantonales valaisannes fait la démonstration que la suppression de l'imposition à forfait au profit de l'imposition ordinaire serait favorable aux riches étrangers. Partant de cette donnée que l'on devrait considérer comme avérée, il n'y a donc aucun souci que les riches étrangers bagnards s'en aillent. Et, cerise sur le gâteau et en complète contradiction avec les théories de notre président de commune, la commune de Bagnes va voir affluer les riches étrangers de toute la Suisse. C'est t'y pas beau ! Merci Maurice pour ton coup de main en faveur du OUI et de nos finances.
    Encore un petit effort de sa part, et peut-être que TéléVerbier promettra de relier Orsières à son domaine skiable. Ce qui permettrait d'inciter quelques orserains à voter également OUI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A priori c'est le même cas cité dans le NF qu'au TXT. Une chose à toutefois changé, les 0,4%/4,47 sont dorénavant 0,7/4,5. A part cela c'est vrai que son exemple est en totale contradiction avec la peur que les opposants véhiculent

      Supprimer
  2. Christophe Darbellay dans le NF du jour : A Orsières, les revenus de plus de 200'000.- se comptent sur les doigts d'une main.
    Comme CD a des vues 'fiscales' sur notre commune et ses citoyens, pourrait-il nous dire sur quelle base sont taxés chacun des 6 'forfaitaires' orserains et quel serait leur dû en cas d'imposition ordinaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2014/11/14/forfaits-voter-oui-n-est-pas-un-crime-261782.html#.VGX0lfptuy0.facebook

      Si même Pascal est d'accord...

      Supprimer
  3. Heu... il a combien de doigts à la main lui?

    RépondreSupprimer
  4. Faisant suite à une newletter reçue par mail ce jour d'une agence immobilière bagnarde, voici le retour de courrier que je leur ai adressé. Afin de permettre au débat d'avancer, j'espère obtenir une réponse que je partagerai avec vous, lecteurs de ce blog.

    Hello,

    Une petite question simple à laquelle, vous qui faites activement campagne en faveur du NON, pourrez me répondre :

    Si comme l’a affirmé Maurice Tornay (ministre des finances du canton du Valais et président de la Conférence latine des directeurs cantonaux des finances) dans le NF de cette semaine et bien d’autres personnes (fiscalistes, politiciens de droite, entrepreneurs,...) par de nombreuses voies de communication, que les riches étrangers domiciliés dans votre commune et au bénéfice d’une imposition ‘à forfait’ ne paierait pas davantage d’impôt en cas d’imposition selon le système ordinaire (comme M. et Mme tout le monde en Suisse), pouvez-vous alors me donner la ou les raisons qui pousseraient ces mêmes personnes à quitter la Suisse ?

    En vous souhaitant une bonne après-midi et en vous remerciant d’avance de votre réponse

    Urbain Gaillard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici, comme promis le retour de mail. Comme vous pouvez le lire, toujours aucune réponse à la simple question posée.
      - - - - -
      Bonsoir et merci de votre message.

      Je ne peux et veux donc pas répondre pour M. Tornay. Ma réflexion est plus terre à terre. Aujourd'hui tout ce que le forfaitaire paie, c'est ce que moi je ne paie pas. S'il n'y en a qu'un Suisse qui part, c'est l'autre (vous et moi) qui paieront ce manque. Pour moi c'est une raison suffisante pour dire NON. Alors si l'on écoute certains (…) ceux qui restent paieront pour les autres. Ce n'est pas mon point de vue. Qu'en pensez-vous ?

      Meilleures salutations et excellent w-e :-)
      - - - - -
      Mon retour de mail
      - - - - -
      Tout comme tous l’entier des opposants à cette initiative avec qui j’ai l’occasion de débattre, vous ne répondez pas à la simple question que je pose : pour quelle raison les personnes au bénéfice d’une imposition selon la défense s’en iraient en cas de suppression de celui-ci ? la réponse à cette question est primordiale. Seulement, et seulement après avoir répondu à cette question, on peut alléguer un départ en masse de ces personnes. Les opposants dont vous faites partie, prédisez un effet (un départ en masse), moi ce que je vous demande est simple, c’est d’en démontrer la raison, la cause.

      Supprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.