15 mars 2014

Pourquoi refuser la motion UDC: "Pour des élèves têtes nues dans les écoles valaisannes"

Voici le texte de mon intervention de vendredi matin contre la motion de l'UDC intitulée "Pour des élèves têtes nues dans les écoles valaisannes".
Cette motion, transformée en postulat au dernier moment par son initiant, a été refusée par 63 voix contre 56 avec le soutient de l'UDC et d'une partie du PDC.
Vous pouvez suivre le débat sur ce lien dès 1:44:15 et mon intervention dès 1h46.

Je ne lèverai pas mon chapeau à cette motion proposée par l’UDC. Les casquettes et les sweats à capuche marqueraient « une forme de rupture avec notre société et avec ses valeur ancestrales, en particulier avec ses valeurs chrétiennes » ? 
Ridicule ! La casquette n’est même pas une invention de notre époque mais pourrait justement être considérée comme un « héritage ancestral ». Tous les amateurs de Flaubert se rappellent d’ailleurs de la fameuse scène de la casquette quand Charles Bovary rentre dans sa nouvelle classe avec son chapeau hétéroclite. (NDLR: voir ci-dessous)

Non, il faut lever le voile - c’est le cas de le dire - sur cette motion. Tout le monde sait que ce n’est pas pour les bonnets et les casquettes que l’UDC légifère ; d’ailleurs, en pratique, ils sont déjà interdits durant les cours par les règlements internes des écoles. Le seul but - à peine voilé - de cette motion est d’interdire le voile.

Cependant, l’école n’est plus là pour former des chrétiens. Nous vivons dans une société de respect mutuel où chacun est libre de choisir sa religion et comment voulez-vous que les musulmans respectent notre société si cette dernière les discrimine et ne respecte pas leur liberté de croyance dès leur plus jeune âge ?


D’ailleurs, le voile n’est pas en contradiction avec les valeurs chrétiennes, il est même semblable sur de nombreux aspects aux foulards que portent nos grand-mères. Il laisse voir totalement le visage et ne symbolise pas la soumission de la femme comme pourrait le faire une burqa ou un niqab.

Si vous ne voulez plus de signes religieux dans les écoles, alors déclarez l’école laïque une fois pour toutes, enlevez les crucifix dans les classes et interdisez le port de croix miniatures autour du cou, signes évidents d’appartenance à la religion chrétienne. À ce moment là, vous pourrez interdire le port du voile en classe sans discrimination.

Dans l'intervalle, cessons de provoquer inutilement et de créer des tensions là où il n’y en a pas et apprenons plutôt à nous respecter mutuellement.

Jonathan Darbellay



*** 


6 commentaires:

  1. Jonathan, je suis évidemment pour la liberté de religion et pour l'école laïque. Mais par contre, je ne supporte pas l'idée que des petites filles soient instrumentalisées par leurs parents pour des motifs religieux. Car évidemment, ces petites filles n'auront pas été consultées par leurs parents ! Qu'en est-il du respect de l'enfant ? Et n'existe-t-il pas le risque que ces fillettes voilées soient marginalisées à l'école et dans les lieux publics ?

    Alors, c'est vrai, le respect des petites filles n'est certainement pas la préoccupation première de l'UDC, je te l'accorde. Mais le problème est bien plus complexe que la liberté de religion. Il en va aussi du droit l'enfant, droit qui me paraît totalement bafoué dans le cas du voile.

    RépondreSupprimer
  2. Oui et non;
    Déjà, cette motion visait toutes les écoles publiques, on n'y trouve donc pas seulement des fillettes mais aussi des ados et des jeunes adultes qui ont leur mot à dire sur leur habillement.
    Ensuite, s'il est difficile de prouver que les fillettes veulent porter le voile, on ne peut pas pour autant en conclure que cela se fait toujours contre leur volonté, on voit d'ailleurs des jeunes femmes qui portent le voile librement après avoir quitté le cocon familial.
    Il ne faut pas oublier non plus qu'il ne s'agit que d'un bout de tissu qui cache les cheveux; ils sont même parfois colorés ou avec des motifs, ce n'est pas non plus une couronne en épine...
    Et pour ce qui est de la marginalisation, c'est sûr que c'est un risque, on voit souvent des enfants mis à l'écart parce qu'ils sont différents, mais est-ce une raison pour refouler ses différences? Un homosexuel devrait-il toujours se cacher pour se fondre dans la masse ou est-ce que c'est la société qui doit l'accepter comme il est?

    Enfin bref, c'est certain que c'est un problème complexe, mais je ne suis pas convaincu qu'interdire le voile aille dans le sens des droits de l'enfant. D'une manière plus générale, il est très rare que des lois restrictives augmentent les droits des citoyens.

    RépondreSupprimer
  3. Il est évident que le problème ne se pose pas pour des filles majeures et que celles-ci doivent être autorisées à porter le voile à l'école si elles le souhaitent.

    Mais quand je vois une fillette porter le voile (ce n'est pas qu'un petit bout de tissu, celui-ci entourant totalement la tête), je ne peux pas m'empêcher de penser que cette fillette est déjà bien conditionnée pour devenir une femme soumise à l'homme. Et comment le port du voile sera-t-il compatible avec les cours de piscine, les sorties en ski, les cours de gymnastique ? Franchement, imposer le voile à une petite fille, c'est lui voler son enfance et le lui imposer par exemple lors de cours de gymnastique (courses à pied, etc..) sous une température de 35 degrés, c'est du mauvais traitement.

    Je sais que je suis totalement à contre-courant, mais je pense qu'une liberté (en l'occurrence ici la liberté de religion) qui entrave une autre liberté (celle d'un enfant à être comme les autres, cheveux aux vents) n'est pas bonne.

    RépondreSupprimer
  4. Alors pour ce qui est du sport scolaire, il n'y a pas de problème: le voile y est déjà proscrit comme l'a précisé Oskar Freysinger au Grand Conseil pour l'interpellation qui était juste avant la motion dont on parle. Donc en pratique, il n'y a déjà pas de voile dans ces situations.
    En parlant de cette interpellation, il n'a même pas pu dire combien de fille portait le voile en classe valaisanne et a bien précisé qu'il n'y avait pas de problème pour l'instant. Si même lui le dit, je pense qu'on peut lui faire confiance sur ce point!

    RépondreSupprimer
  5. Je vis en Tunisie, terre Islamique ! Ce pays se bat depuis la révolution pour garder les valeurs instaurée depuis 1956 en interdisant le port du voile dans les écoles et les universités ! Seuls les extrémistes rêves de réinstaurer le foulard et/ou la burqua ! Ce pas se bat corps et âme pour défendre ces valeurs ! Les femmes sont très actives dans se domaine ! Je rappelle par la même occasion, que si la Tunisie est Islamique, elle n'en demeure pas moins laïque ! En tant que Suisse, donc Chrétien, nous ne rencontrons aucun problèmes et les Tunisiens sont les premier à décorer pour Noël, de la même façon que nous ! Ici, tous combattent le terrorisme et refusent de revenir en arrière ! Depuis 1956, les femme ont le droit de vote ! Ne pensez-vous pas que votre initiative ne soit pas néfaste aux valeurs que défendent des Musulmans en Tunisie, comme dans bien d'autres pays d'ailleurs ? Vous faites tout le contraire que ce que font les Musulmans ! De ce fait, j'ai beaucoup de mal à comprendre votre démarche ! Ne serais-ce pas vous qui auriez un problème ou causeriez un LE problème ? Merci d'avance pour votre réponse. Patrice Rochat, Midoun-Tunisie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire, une partie de la réponse se trouve déjà dans mon texte et dans les commentaires ci-dessus, mais comme il y a beaucoup de points soulevés, je vais tenter d'y répondre à nouveau.

      Il faut déjà comprendre que je ne suis pas pour le voile et que je n'encourage pas du tout à le porter en classe, mais comme vous en Tunisie, je me bats également pour mes valeurs: or, la discrimination n'en fait pas partie et c'est bien de cela dont il s'agit, un ensemble de loi que l'udc actionne contre les musulmans avec notamment l'interdiction de construire des minarets. Il m'est donc inconcevable de soutenir une initiative qui s'attaque directement aux us d'une religion et, sous prétexte de vouloir aider les filles à qui on imposerait le port du voile, d'interdire à celles qui font ce choix de s'habiller comme elles le désirent.
      Je pense au contraire qu'il faut tout faire pour ne pas prendre en otage ces jeunes femmes de conflits politiques et les laisser accomplir leur scolarité de la manière qu'elles le souhaitent. Je me vois d'ailleurs mal justifier cette interdiction tout en maintenant l'autorisation du port de la guimbe et du voile par les religieuses catholiques.

      Vous parlez du droit de vote féminin introduit en 1956 en Tunisie; l'inscription du suffrage féminin dans le programme du parti socialiste suisse date de 1904, la gauche s'est toujours battue pour le droit des femmes et faire croire que l'udc se bat pour l'émancipation des femmes est une vaste plaisanterie.

      Pour finir, vous me demandez si ce ne serait pas moi qui aurais un problème ou causerais Le problème. Il se trouve que non, pas du tout, puisqu'il n'y a pas de problème. C'est une problématique construite de toute part par l'udc à des fins électoralistes. La preuve, comme je le disais plus haut, le Conseiller d'Etat UDC Oksar Freysinger a dit lui même que la situation valaisanne était totalement sous contrôle et que le port du voile ne posait aucun problème. Je ne peux donc pas être responsable d'un problème qui n'existe pas.

      J'espère avoir répondu à vos interrogations.

      Supprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.