27 août 2013

Position d'Entremont Autrement, section d'Orsières, concernant le projet hôtelier à la Fouly

Suite à la mise à l'enquête de la modification du PAZ et du RCCZ ainsi que du défrichement à la Fouly, Entremont Autrement section d'Orsières (EA)  prend position de la manière suivante:

I. DEFRICHEMENT 


I.1 Environnement 


EA s’oppose au défrichement pour des raisons environnementales. Cette déforestation portera une atteinte au paysage et contrevient manifestement à l’art. 5 de la LFo. La Forêt Derrière a, jusqu’à ce jour, été préservée. Son défrichement donnera une image négative de La Fouly, puisque ce sera la première chose que verront les visiteurs de la station.

Même si, pour le moment, la forêt n’est pas en recul dans notre Commune, il convient de ne pas banaliser tout changement de ce milieu naturel, d’autant plus que les climatologues et les scientifiques soutiennent qu’avec le réchauffement climatique, la forêt va diminuer dans les régions alpines au cours des cinquante prochaines années, en moyenne et basse altitude, et se modifier jusqu’à devenir identique à celle du bassin méditerranéen. Les forêts de montagne telles que nous les connaissons à ce jour seront peut-être les dernières « vraies » forêts que nos descendants pourront admirer.

Notons également que les forêts remplissent un rôle protecteur contre les avalanches, les glissements de terrain, l’érosion et les chutes de pierres.

 I.2 Projet nébuleux 


M. le Président Thétaz a certifié lors de la dernière assemblée primaire que des contacts avaient eu lieu avec des investisseurs étrangers. D’autre part, il est écrit dans le rapport Bisa qui figure dans le dossier de mise à l’enquête : « La Commune est ainsi en contact depuis plusieurs années avec une société qui souhaite investir et développer un projet hôtelier dans la région avec environ 75 chambres de qualité ».

Contrairement à ce qui précède, M. Thétaz a affirmé sur les ondes de Rhône FM, quelques jours après l’assemblée primaire, qu’aucun projet n’est encore défini et qu’il n’y a pas d’investisseurs connus, tout au plus quelques contacts.

EA regrette vivement le manque de clarté entourant ce projet et souhaite que toutes les informations qui pourraient aider la population à se faire une opinion soient communiquées. Une totale transparence est due aux bourgeois et aux citoyens dans un dossier d’une telle envergure. Comment un tel projet peut-il avancer sans consultation populaire préalable autre que deux présentations et informations de fin de soirée d’assemblée primaire et bourgeoisiale ?

II. ZONES HOTELIERES 


En préambule, EA affirme qu’il n’est pas opposé à toute ouverture de zones hôtelières sur la Commune, que les investisseurs soient suisses, israéliens, belges ou qataris. Mais EA mettrait la priorité sur un hôtel de type familial, avec des infrastructures spécifiques aux enfants ou sur un établissement du type du Grand Hôtel de la Fouly (propriété d’une ville, d’une commune, d’une paroisse).

Cependant, avant d’ouvrir une nouvelle zone, ne serait-il pas plus judicieux de maintenir en activité les établissements existants ?

II.1 Clause du besoin 


EA met en doute la clause du besoin établie par l’expertise de feu La Destination Verbier-St-Bernard affirmant que la région manque d’hôtels de luxe. Les hôtels de luxe foisonnent dans tout le Valais, et, plus précisément en ce qui concerne l’Entremont, à Verbier. Dans la Commune d’Orsières, on peut également citer « Montagne Alternative » à Commeire, qui continue de s’agrandir avec trois nouveaux chalets qui vont se construire.

EA se soucie avant tout des familles modestes qui, ayant déjà beaucoup de peine à se loger, se retrouvent également de plus en plus marginalisées pour les loisirs et les vacances.

Notons également qu’en Valais le taux d’occupation des hôtels n’est que de 30% et que même à Verbier, au gros de la saison, le taux d’occupation ne dépasse pas 80%.

II.2 Détournement de la Lex Weber 


Selon les propos de M. Meinrad Coppey entendus sur les ondes de Rhône FM, la zone hôtelière de 15'000 m2 va vraisemblablement être composée d’un hôtel et de dizaines de petits chalets. EA craint que ces petits chalets soient, à l’instar des résidences secondaires, vides les trois quarts du temps. Nous en arriverions donc à la même situation qu’avec la création de résidences secondaires, situation que le peuple suisse a déclaré ne plus vouloir lors de la votation du 11 mars 2012. EA redoute que ce projet hôtelier consiste en premier lieu à contourner la Lex Weber afin de favoriser les secteurs de l’immobilier et de la construction et ce, au détriment du tourisme familial existant.

II.3 Développement durable et tourisme doux 


EA défend le développement durable et le tourisme doux. A son avis, ce projet de va pas du tout dans ce sens, étant donné d’une part, l’atteinte considérable faite à l’environnement (déforestation de 15'000 m2, emprise sur le territoire, débauches de consommation d’énergies inhérentes à un hôtel de luxe) et, d’autre part, l’arrivée dans la station d’une clientèle aisée à très riche, clientèle que l’on sait n’être jamais assouvie et dont les demandes en infrastructures risquent de faire fuir tous les autres touristes qui recherchent tranquillité et authenticité.

II.4 Compatibilité avec le monde paysan 


EA s’inquiète pour les paysans, déjà terriblement mis sous pression par la politique agricole, qui devront s’adapter à ce nouveau tourisme. Il est évident que la présence de ces nouveaux touristes richissimes sur nos chemins et nos alpages ne va pas simplifier les choses, étant donné leurs exigences parfois surréalistes relatives aux odeurs, au bruit (cloches des vaches), etc. Pour exemple, la Commune de Bagnes exige déjà depuis quelques années de ses paysans qu’ils nettoient les chemins pédestres des excréments de leurs animaux !

EA trouve en outre que ce type de projet n’est pas en harmonie avec les traditions et l’histoire du Val Ferret.

*** 


En conclusion, étant donné les incertitudes et le flou qui émanent de ce projet totalement démesuré pour notre Commune, Entremont Autrement section d'Orsières s’oppose à la modification du PAZ ainsi qu’au défrichement.

Toute personne ou groupe de personnes résidant à la Fouly ou ayant une résidence sur place et n’étant pas d’accord avec la modification du PAZ peut faire opposition.

Pour faire opposition au défrichement, il faut être voisin de celui-ci ou être une organisation de défense de la nature. Les oppositions doivent se faire en deux exemplaires et en recommandé.

Entremont Autrement section d'Orsières

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.