24 avril 2013

Le Conseil fédéral élu par le peuple


Le 9 juin, le peuple devra voter sur l’initiative UDC demandant l’élection du Conseil fédéral par le peuple. C’est une vieille histoire puisque la population suisse s’est déjà prononcée deux fois sur cette question, la dernière en 1942. A cette époque, l’initiative déposée par le parti socialiste avait été rejetée par deux tiers des votants et par tous les cantons. Il est amusant de voir que les propositions socialistes sont recyclées cinquante ans après par l’extrême-droite. Aujourd’hui, elle propose une élection au système majoritaire, avec la garantie constitutionnelle d’accorder deux sièges aux Romands. L’origine des membres du comité d’initiative ne laisse guère planer de doute sur ceux à qui devrait profiter ce changement : Alchenstorf, Gelterkinden, Hergiswil, Kappel, Stäfa, Oberwil-Lieli et j’en passe. Sur les 27 membres, on trouve 3 Suisses romands et 1 Tessinois, ce qui représente moins de 15%, alors que ces minorités représentent quand même 30% de la population suisse. On ne trouve que 4 femmes, alors qu’elles représentent plus de 50% de la population. Dans ces conditions, si la Suisse allemande imposait l’élection du Conseil fédéral par le peuple (ce qu’elle est en mesure de faire), elle ne manquerait pas de réduire (à 2) la présence des minorités linguistiques au Conseil fédéral et peut-être à zéro la présence des femmes pour lesquelles il n’y a aucune garantie d’élection. Voter extrême-droite, c’est donc prendre le risque de confier le pays aux hommes suisses allemands. Est-ce bien ce que nous voulons ?

Antoine Cretton

2 commentaires:

  1. Je trouve ce populisme très dangereux

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne et qui à fait ses preuves ! Attention à ne pas faire de bêtises irréparables !

    RépondreSupprimer

Vous êtes cordialement invités à laisser un message. Les commentaires peuvent être modérés. Les utilisateurs anonymes sont tolérés, mais la modération des commentaires anonymes répond à des critères plus sévères. Merci de votre courtoisie.